Biographies

Alexandre Tharaud, pianiste

Alexandre Tharaud est un artiste rare, éclectique, sa passion pour la musique l’anime d’une créativité qui nourrit son univers de la musique baroque au répertoire contemporain.

Après le succès incontesté des « Variations Goldberg » au disque et à l’écran (le film a obtenu l’ECHO Klassik 2016 dans la catégorie “Music-DVD-Production of the Year”) et le Concerto n° 2 de Rachmaninov (avec le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra sous la direction d’Alexander Vedernikov), deux enregistrements ont été publiés lors de la sasion 2017-2018, toujours chez Erato/Warner Classics : Barbara, pour lequel Alexandre a imaginé un week-end de concerts en hommage à la grande dame de la chanson française (Philharmonie de Paris) et les Sonates pour violoncelle de Brahms avec le violoncelliste Jean-Guihen Queyras présentées au public lors d’une grande tournée en Europe.

Parmi les temps forts des deux saisons à venir, on compte la première tournée européenne de l’Orchestre Métropolitain de Montréal dirigé par Yannick Nézet-Séguin avec lequel Alexandre jouera le Concerto pour la main gauche de Ravel, une série de récitals en Amérique du Nord (Carnegie Hall, Kennedy Center, Salle Bourgie…) et ses débuts avec les orchestres symphoniques de Cleveland et de Utah, une tournée au Japon dont un concert avec le Tokyo Metropolitan Orchestra. Suivront des tournées en France, Allemagne, Autriche, Italie et Suisse avec le NDR Radio Philharmonie, l’Orchestre de la Suisse-Romande, le Münchener Kammerorchester, le Junge Deutsche Philharmonie, le Bayerische Kammerphilharmonie et Orchestra Verdi.
La musique contemporaine tient une place significative dans le répertoire d’Alexandre Tharaud avec la création récente du Concerto pour la main gauche du compositeur danois Hans Abrahamsen, Left, Alone, accompagné de l’orchestre de la WDR en 2016, repris avec le CBSO, DR SymfoniOrkestret et le Rotterdam Philharmonisch Orkest. A suivi Kuleshov d’Oscar Strasnoy pour piano et orchestre de chambre, donné pour la première fois au Canada en juin 2017 avec Les Violons du Roy. Il est également le dédicataire de Outre-Mémoire, Le Visage – Le Coeur et de L’Oiseau Innumérable de Thierry Pécou, du Concerto pour piano de Gérard Pesson, Future is a faded song (2012), et a créé trois cycles pour piano seul : Hommages à Rameau, Hommage à Couperin et Piano Song.
Les plus grandes salles l’accueillent régulièrement : Philharmonies de Cologne, d’Essen et de Varsovie, Victoria Hall (Genève), Muziekgebouw et Concertgebouw (Amsterdam), BOZAR (Bruxelles), Wigmore Hall et Queen Elisabeth Hall (Londres), Auditorio Nacional (Madrid), Santa Cecilia (Rome), Tonhalle (Zürich), Casino (Bern), Théâtre des Champs-Elysées (Paris), Opéra de Versailles, Rudolfinum (Prague), Musikverein (Vienne). En Amérique, il se produit au Carnegie Hall (New York), Symphony Hall (Boston), Walt Disney Hall (Los Angeles), Kennedy Center (Washington) et Teatro Colón (Buenos Aires), et joue désormais régulièrement en Chine, Corée du Sud et au Japon (Hoam Art Hall (Séoul), Hyogo Performing Arts Center, Oji Hall et Suntory Hall (Tokyo)), ainsi que les festivals : BBC PROMS, Edinburgh Festival, Gergiev Festival à Rotterdam, Aix-en-Provence, La Roque d’Anthéron, Schleswig- Holstein, Rheingau, Ludwigsburg, Ruhr Piano Festival, Nuits de Décembre de Moscou, Rimini, Domaine Forget et Lanaudière. A la Philharmonie de Paris, Alexandre Tharaud est invité chaque année à programmer un week-end de concerts (Domaine Privé, Satie, Rachmaninov…).

Alexandre Tharaud est le soliste d’orchestres prestigieux : en Amérique, Atlanta Symphony Orchestra, Philadelphia Orchestra, Orquestra Sinfônica do Estado de São Paulo, Toronto Symphony Orchestra, en Asie, Malaysian Philharmonic Orchestra, Taiwan National Symphony Orchestra, Japan New Philharmonic, Kansai Philharmonic, Singapore Symphony Orchestra, en France, Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Radio-France, Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, Orchestre du Capitole de Toulouse, Orchestre National de Lyon, en Allemagne, MünchenerKammerorchester, Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Deutsche Radio Philharmonie Saarbrücken Kaiserslautern, hr-Sinfonieorchester et, dans le reste du monde, London Philharmonic Orchestra, BBC Philharmonic, Orchestre du Bolchoi, Orchestre Philharmonique du Luxembourg, Sveriges Radios Symfoniorkester, sous la direction de Lionel Bringuier, Bernard Labadie, Rafael Frühbeck de Burgos, Georges Prêtre, Marc Minkowski, Stéphane Denève, Claus Peter-Flor, Leo Hussain, David Zinman, Juanjo Mena et Yannick Nézet-Séguin.
On compte parmi ses nombreux enregistrements les concertos de Haydn, de Mozart et de Bach (avec Les Violons du Roy), Autograph (une collection de bis), Le Bœuf sur le Toit, Scarlatti, Journal Intime (Chopin) pour ERATO. Pour harmonia mundi : Nouvelles Suites de Rameau, intégrale Ravel (Grand Prix de l’Académie Charles Cros, Diapason d’Or de l’Année, CHOC du Monde de la Musique, Recommandé de Classica, 10 de Répertoire, Pick of the Month/BBC Music Magazine, Stern des Monats/Fono Forum, Meilleur disque de l’Année de Standaard), Concertos Italiens de Bach, Couperin, Satie (Diapason d’Or de l’Année 2008), et Chopin (Intégrale des Valses et Vingt-Quatre Préludes).
En 2014, Raphaëlle Aellig-Régnier lui a consacré un magnifique portrait dans son film Le Temps Dérobé. Deux livres sont également parus : en 2014, Piano intime, sous forme de dialogue avec le journaliste Nicolas Southon sur la discographie du pianiste et, en 2017, Montrez-moi vos mains, un recueil très personnel d’épisodes de sa vie de soliste.

*Alexandre Tharaud enregistre en exclusivité pour ERATO/Warner Classics.

Frédéric Vaysse-Knitter, pianiste

Pianiste français d’origine polonaise, Frédéric Vaysse-Knitter est un musicien au parcours éclectique, doté d’un large répertoire, et formé dans la grande tradition des écoles de piano françaises, polonaises et allemandes.

Fasciné par la musique de Karol Szymanowski, il se consacre depuis plusieurs années à l’intégrale de son œuvre pour piano. Son enregistrement « Frédéric Vaysse-Knitter plays Szymanowski », a été récompensé par 4 étoiles Fonoforum, 5 étoiles Piano News, un Maestro de la revue Pianiste…Le disque Szymanowski-Stravinsky enregistré en duo avec la violoniste Solenne Païdassi (Label Aparté), a obtenu un Choc Classica, 5 Diapasons, 10/10 Klassik Heute. Sa discographie comprend également des enregistrements de Chopin, Liszt, Haydn, Satie, Dvorak.

Frédéric Vaysse-Knitter porte un attachement tout particulier à la musique d’aujourd’hui et collabore régulièrement avec l’Ensemble Variances, dirigé par Thierry Pécou.

Il se produit avec des partenaires tels qu’Alexandre Tharaud, Solenne Païdassi, le quatuor Diotima ou encore Xavier Phillips.Il s’engage également dans des projets associant la musique à la littérature, collaborant ainsi avec des acteurs comme Marie-Christine Barrault, Brigitte Fossey, Catherine Jacob et François Morel, Nicolas Vaude.

Frédéric Vaysse-Knitter se produit dans des salles prestigieuses telles que le Théâtre des Champs-Elysées, la Cité de la Musique, la Herkulessaal de Munich, le Concertgebouw d’Amsterdam, les auditoriums de Grenade, Murcia ou encore celui de Monterrey au Mexique et dans de nombreux festivals tels que Menton, Radio France Montpellier, Lille piano’s Festival, Lazienki , Cully Classic, Weimar, Llao Llao…

Il joue sous la direction de Sir John Eliot Gardiner, Arie Van Beek, Stéphane Cardon, Diego Matheuz, Jean-François Verdier, Benjamin Lévy, avec des orchestres tels quel’Orchestre de l’Opéra de Paris, l’Orchestre Colonne, le Simon Bolivar Youth Orchestra, l’Orchestre de Chambre d’Auvergne…

Frédéric Vaysse-Knitter entre à l’âge de treize ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il obtient un Premier Prix de Piano, de Musique de Chambre, et effectue le cycle de perfectionnement.Dès 1989, il rencontre Krystian Zimerman qui le conseille et le guide dans ses choix ; c’est l’un des moments déterminants de son parcours musical.

Il intègre ensuite la Musikhochschule de Freiburg, où le diplôme de Soliste lui est décerné. Il décide alors de parfaire son répertoire auprès de grandes personnalités musicales telles que Georgy Sebok, Alexis Weissenberg, Alicia de Larocha et Léon Fleisher, à la Fondation Internationale du Lac de Côme.

Il est nommé Révélation Classique de l’Adami, puis Lauréat Juventus. Maria João Pirès le remarque et l’invite au Lille Piano’s Festival.

Frédéric Vaysse-Knitter est le fondateur et Directeur Artistique du Festival A Tempo.

Gilles Privat, acteur

Gilles Privat se forme à l’École Jacques Lecoq de 1979 à 1981. Au théâtre, il travaille principalement avec :
– Benno Besson : L’Oiseau Vert de Gozzi, Le Médecin malgré lui, Dom Juan de Molière, Lapin Lapin, Le Théâtre de Verdure, Quisaitout et Grosbêtade Coline Serreau, Le Roi Cerf de Gozzi, Le Cercle de craie Caucasien de Brecht, Mangeront-ils ? de Victor Hugo etc…
– Matthias Langhoff : La Mission et le perroquet vert de Schnitzler/Müller, La Duchesse de Malfi de Webster, Désir sous les Ormes de O’Neill , La Danse de Mort de Strinberg, Dona Rosita la Célibataire de Garcia Lorca etc…
– Alain Françon : Le chant du Dire-Dire, et E de Daniel Danis, L’Hôtel du libre échange et Du Mariage au Divorcede Feydeau, La Cerisaie, Oncle Vania de Tchékov, Fin de Partie de Beckett,Toujours la Tempête de Peter Handke et Le Temps et la Chambre de Botho Strauss.
– Ainsi qu’avec Dan Jemmet(Presque Hamlet), Didier Bezace (Avis aux intéressés), Hervé Pierre (Ordinaire et Disgracié, Caeiro), Jacques Rebotier (de l’Omme), Claude Buchvald (Falstafe), Jean-François Sivadier (La Dame de chez Maxim’s), André Wilms (Le Père), Jean Liermier (L’Ecole des femmes, Le malade imaginaire, Cyrano de Bergerac) et Clément Hervieu-Léger (Monsieur de Pourceaugnac).
De 1996 à 1999, il est pensionnaire de la Comédie-Française.
En 2008 il reçoit le Molière du meilleur comédien dans un second rôle pour L’Hôtel du Libre Echange.
Au cinéma, il joue dans les films de Coline Serreau (Romuald et Juliette, La Crise), de Chantal Ackerman (Demain on déménage), James Huth (Serial Lover, Hellphone) et Jérôme Bonnel (Le Temps de l’aventure)

Ismaël Margain, pianiste

Ismaël Margain est né en 1992 à Sarlat où il entame sa formation musicale (piano, flûte, saxophone, jazz, écriture…). Le pianiste et chef d’orchestre Vahan Mardirossian, avec qui Ismaël travaille depuis son plus jeune âge, le présente à son ancien maître Jacques Rouvier qui le prépare au concours d’entrée au Conservatoire de Paris. Reçu à l’unanimité, il choisit d’intégrer la classe de Nicholas Angelich, puis au départ de ce dernier, de poursuivre sa formation auprès de Roger Muraro et Michel Dalberto.

Lauréat du Concours International « Génération SPEDIDAM 2011 », 1er Prix au Concours de la Société des Arts à Genève, c’est au Concours International Long-Thibaud 2012 que le grand public découvre Ismaël. Après avoir joué en finale le concerto n°23 de Mozart, il remporte le Prix du public et le 3ème Grand Prix Marguerite Long remis par le président du jury Menahem Pressler. Il joue à nouveau ce concerto lors des Victoires de la Musique Classique 2015, où il est nommé dans la catégorie « révélation soliste instrumental ».

Suite à ces récompenses il part en tournée en Amérique Latine et aux Etats-Unis pour une série de récitals et master class. Puis il se produit en Allemagne au Klavier Ruhr Festival, en Suisse et en Bulgarie dans le « Deuxième Concerto » de Chopin, à Londres, Madrid, Venise…

Il est l’invité régulier de nombreux festivals, Pâques et Août Musical à Deauville, Chopin à Paris, Festival de Menton, Bel-Air Claviers Festival à Chambéry, Pablo Casals de Prades, Piano aux Jacobins à Toulouse, Nohant Festival Chopin, l’Esprit du Piano à Bordeaux, Lille Piano(s) Festival.  Il s’y produit en solo et en musique de chambre, notamment avec le quatuor Hermès, Bertrand Chamayou, Alexandra Soumm, Yura Lee, Adrien La Marca, Edgar Moreau, Renaud Capuçon… A Paris, il se produit régulièrement à la Salle Cortot pour le Centre de Musique de Chambre, mais aussi Salle Gaveau, au Musée d’Orsay, à l’Auditorium du Louvre, à la Cité de la Musique, au Théâtre des Champs-Elysées.

Il joue en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique de Nice, l’Orchestre de l’Opéra de Marseille, l’Orchestre National d’Île de France…

Ismaël Margain est artiste résident de la fondation Singer Polignac, lauréat du prix de la Yamaha Music Foundation of Europe, soutenu par la Fondation SAFRAN, la Fondation l’Or du Rhin, et la Fondation Banque Populaire. En 2010 il forme un duo de piano à quatre mains avec Guillaume Bellom avec qui il enregistre deux disques, consacrés à Mozart et Schubert (ffff dans Télérama) sous le label Aparté/Harmonia Mundi. Puis il réalise trois enregistrements live pour le label B Records : Mendelssohn en 2015, Schubert en solo en 2017, et un récital à deux pianos avec Guillaume Bellom.

Jean Delescluse, ténor

Jean Delescluse débute en 1992 à l’Atelier Lyrique puis dans la troupe de solistes de l’Opéra National de Lyon. A l’opéra, il mène une carrière durant 20 années principalement dans les rôles de « ténor de caractère » du répertoire français (Offenbach, Ravel, Berlioz…) et il est l’invité des principales scènes et des festivals, en France, mais aussi en Allemagne, en Italie, au Canada…

Remarqué comme évangéliste des « Passions » de Bach, il travaille régulièrement dans le milieu de la musique baroque en Europe, notamment avec Marc Minkowski, William Christie, Gérard Lesne. Ces dernières années, il a chanté avec Jean-Claude Malgoire, entre autres au Théâtre des Champs-Elysées pour «Armide » ou « la Passion selon Saint-Matthieu ».

Avec Alexandre Tharaud, ils n’ont cessé depuis 1997 de se produire pour des programmes de mélodies françaises (Erik Satie, Max Jacob, Raymond Queneau, Francis Poulenc) notamment à la Bibliothèque Nationale de France, mais aussi dans des spectacles autour d’Erik Satie ou sur le thème du « Bœuf sur le toit », à Bruxelles, Paris et en tournée française, ainsi qu’à New York.

Avec le pianiste Denis Pascal, il a enregistré le cycle de mélodies « Les Chantefleurs » de Jean Wiener sur des textes de Robert Desnos, qu’ils ont donnés à entendre notamment au festival de Radio-France en 2014.

Avec Jacques Rebotier, auteur polymorphe, il prend part également à des spectacles de théâtre musical comme au Théâtre National de Chaillot à Paris, au Théâtre de la Renaissance à Lyon.

Ronald Van Spaendonck, clarinettiste

 Ronald Van Spaendonck est professeur de clarinette aux Conservatoires Royaux de Bruxelles, de Mons (Arts2) et à l’Ecole Normale de Musique de Paris (Alfred Cortot). Il est également Professeur « Honoris Causa » au Conservatoire de Guangzhou (Chine).

Essayeur pour le groupe « Buffet Crampon », il est aussi « Gold Performing Artist » pour les anches « d’Addario ». Il est par ailleurs depuis 2016 directeur artistique du festival musical de Lasne.

En septembre 2000, il est choisi comme BBC New Generation Artist et est invité à se produire avec le BBC Scottish Symphony, BBC Philharmonic Orchestra et le BBC National Orchestra of Wales avec qui il fait ses débuts aux Proms en juillet 2002. Il donne des récitals et des concerts de musique de chambre au Wigmore Hall de Londres et est invité très souvent au prestigieux Festival de Musique d’Edimbourg.

Ronald Van Spaendonck a joué dans les plus grandes salles avec entre autres l’Orchestre Royal de chambre de Wallonie, l’Orchestre Philharmonique de Liège, Het Brabants Orkest, l’Orchestre National de Belgique, l’Orquestra Clássica de Porto, l’Orchestre National de France, Les violons du Roy,  l’Orchestre de la ville de Oulu en Finlande, l’Orchestre Symphonique de Zürich, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, le Deutsches Symphonie Orchester Berlin, l’Orchestre Simon Bolivar du Venezuela et l’Orchestre de Sao Paulo au Brésil.

Ses partenaires de musique de chambre incluent les quatuors Skampa, Ysaye, Belcea, Szymanowski, Aviv, Modigliani, the Royal string quartet et Ebène, les pianistes Alexandre Tharaud, Johan Schmidt, Frank Braley et Muhiddin Dürrüoglu, les violonistes Gidon Kremer, Renaud Capuçon, Graf Mourja, Lisa Batiashvili et Ning Kam, les altistes Gérard Caussé, Lise Berthaud, Lawrence Power et Antoine Tamestit, les violoncellistes Marie Hallynck, Mischa Maisky, Marc Coppey, Peter Whispelway, Alban Gerhardt, Jean-Guihen Queyras, les flûtistes Emmanuel Pahud, Marc Grauwels, Gaby Van Riet, Aldo Baerten et bien d’autres. Parmi les nombreuses récompenses qui lui ont été attribuées, il est lauréat « Juventus » (1991), « Rising star » (1998) et prix «Fuga» (2014). Il a eu comme professeurs Léon Jacot, Walter Boeykens, Anthony Pay (Londres) et Karl Leister (Berlin). Il a réalisé un grand nombre d’enregistrements salués unanimement par la presse (choc du « Monde de la musique », 10 de « Répertoire », ffff de « Télérama », « Diapason » d’or, Gramophone Choice, joker de « crescendo » etc).

 

François Salque, violoncelliste

Diplômé de l’université de Yale et du Conservatoire de Paris, François Salque est, très jeune, primé dans les concours internationaux (Genève, Tchaïkovsky, Munich, Rostropovitch, Leonard Rose…) « La sensibilité et la noblesse de son jeu » alliés à « un charisme et une virtuosité exceptionnelle » (Pierre Boulez) lui permettent de remporter pas moins de 10 premiers prix et autant de prix spéciaux. Ses concerts l’ont déjà mené dans plus de soixante pays et ses enregistrements en soliste ou en musique de chambre en compagnie d’Eric Le Sage, Alexandre Tharaud, Emmanuel Pahud ou Vincent Peirani, ont été salués par la presse (Diapasons d’ Or de l’Année, Chocs du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Prix de l’Académie Charles Cros, Victoires de la Musique, « Élu Citizen jazz », Palme d’Or de la BBC…).

François Salque a également signé sept disques remarqués avec le quatuor Ysaÿe dont il a été pendant cinq ans le violoncelliste. Son engagement pour la musique de notre temps lui a valu de nombreuses dédicaces de compositeurs contemporains, notamment de Thierry Escaich, Karol Beffa, Nicolas Bacri, Jean-François Zygel, Krystof Maratka ou Bruno Mantovani. Il est à l’origine de plusieurs créations, mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles. Sa profondeur musicale, sa technique et son éclectisme en ont fait une personnalité incontournable du monde de la musique. Il enseigne aujourd’hui à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) et au Conservatoire de Paris (CNSMDP).

 

 

Jonathan Fournel, pianiste

Né en 1993 à Sarrebourg, Jonathan Fournel débute le piano en 2000 au Conservatoire de Sarreguemines où enseigne son père. Il est admis en 2001 au Conservatoire de Strasbourg dans la classe de Stéphane Seban, puis en 2006 à la Musikhochschule de Sarrebrücke où il étudie avec Robert Leonardy et Jean Micault ; il suit dans le même temps des cours avec Gisèle Magnan.

En 2009, il est reçu à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Paris et reçoit successivement l’enseignement des pianistes Bruno Rigutto, Brigitte Engerer, Claire Désert, et Michel Dalberto.

Il obtient son Master de piano avec mention très bien en 2014 ainsi que le Diplôme d’Artiste Interprète en 2016. Parallèlement, il est admis dans la classe d’accompagnement de Reiko Hozu au CNSM de Paris puis dans la classe de Jean-Frédéric Neuburger : il y obtient  son Master d’accompagnement avec mention très bien.

Depuis septembre 2016, il se perfectionne auprès de Louis Lortie et Avo Kouyoumdjian à la Chapelle Musicale Reine Élisabeth de Belgique.

Jonathan donne des concerts depuis l’âge de 10 ans. Il est sollicité par de nombreuses salles et festivals en France et à l’étranger : Lille piano festival, le Terroir Wasseyen, Piano Campus à Paris, Pianoscope à Beauvais, le Festival Jeunes Talents à Paris, le Festival International de Colmar, le Festival Jeunes Talents à Metz, Musikfestspiele Saar, les Concerts de Poche, le Festival de Fénétrange, le Festival Piano en Saintonge, Piano à Lyon, l’Arsenal de Metz, la salle Cortot à Paris, la Stevenson Hall de Glasgow, la Royal Glasgow Concert Hall, la Caird Hall de Dundee, la Usher Hall de Edimbourg, les théâtres de Modène, de Vercelli, de Sulmona, de Novarra, l’Auditorium Gustav Mahler de Milan, la Sala Verdi de Milan, le théâtre Carlo Felice de Genova ou encore la Philharmonie de Rzeszow.

A 14 ans, il joue pour la première fois avec orchestre le Concerto n°3 de Beethoven. Depuis, il a interprété le Concerto n°2 de Mendelssohn, le Concerto n°2 de Brahms, le Concerto n°2 de Liszt, le Concerto n°1 de Tchaïkovski, le Concerto n°1 de Ginastera,les Concertos de Chopin, le Concerto n°2 de Rachmaninov.

Jonathan s’intéresse aussi à la musique contemporaine. Il a créé la Sonate pour piano n°3 de Nicolas Bacri, en ouverture d’un concert de Brigitte Engerer et du violoniste Augustin Dumay au festival Pianoscope de Beauvais. En septembre 2017, il enregistre en première mondiale une œuvre inédite de Claude Debussy pour piano à 4 mains et chœur de femmes avec le pianiste Philippe Cassard pour le label Warner.

Jonathan a pour partenaires de musique de chambre Anne Bella, Gautier Capuçon, Rémi Delangle, Augustin Dumay, Hildegarde Fesneau, Mohammed Hiber, Victor Julien-Laferrière, Christine Lee, Chi Li, David Petrlik, Vassilena Serafimova, les quatuors Akilone, Hermès, Modigliani.

Nommé révélation classique de l’ADAMI en 2017, il est soutenu par la Fondation Colas, la Fondation Goéland ainsi que par la Fondation « les Allumeurs d’Étoiles ».

 

Quatuor Arod

Créé en 2013, le Quatuor Arod remporte le Premier Prix du Concours International de l’ARD de Munich en 2016. Il avait déjà remporté le Premier Prix du concours Carl Nielsen de Copenhague en 2015 et le Premier Prix du Concours européen de la FNAPEC en 2014. En 2017, il est nommé « BBC New Generation Artist » pour les saisons 2017 à 2019, et ECHO Rising Star pour la saison 2018-2019.

En 2017 et 2018, le Quatuor Arod se produit notamment à l’Auditorium du Louvre, au Théâtre des Bouffes du Nord et à la Philharmonie de Paris, à l’Arsenal de Metz, à Bordeaux et à Montpellier, à Bozar (Bruxelles), à Schloss Elmau, au Mozarteum de Salzbourg, au Black Diamond de Copenhague, au Konzerthaus de Vienne, au Concertgebouw d’Amsterdam, à la Tonhalle de Zurich, au Wigmore Hall de Londres, à Tokyo, en Finlande, en Suisse, en Italie ou encore en Serbie.

Il joue aussi dans de nombreux festivals : Verbier et Montreux (Suisse), Aix-en-Provence, Menton, Salon-de-Provence, Folle Journée de Nantes, Prades, Heidelberg, Rheingau, Mecklenburg-Vorpommern, Bremen Musikfest, Mozartfest Würzburg, Spring Music Festival de Prague…

Il collabore avec des artistes tels que les altistes Amihai Grosz, Lise Berthaud et Mathieu Herzog, les pianistes Eric Lesage et Alexandre Tharaud, les clarinettistes Martin Fröst, Romain Guyot et Michel Lethiec ou encore les violoncellistes Raphaël Pidoux, Harriet Krijgh, François Salque, Jérôme Pernoo et Bruno Philippe. En 2017, il crée le premier quatuor à cordes du compositeur français Benjamin Attahir (commande de La Belle Saison, de ProQuartet et du Quatuor Arod).

Le Quatuor Arod enregistre pour le label Erato Warner Classics. Son premier disque consacré à Mendelssohn a été publié en 2017.

Il a bénéficié de l’enseignement de Mathieu Herzog et de Jean Sulem ainsi que du Quatuor Artemis à la Chapelle Reine Elisabeth de Bruxelles. Il a travaillé par ailleurs régulièrement avec le Quatuor Ebène et le Quatuor Diotima.

Le Quatuor Arod est en résidence à la Fondation Singer-Polignac et à ProQuartet – CEMC. Lauréat HSBC de l’Académie du Festival d’Aix, ainsi que des Fondations Banque Populaire et Safran, il est soutenu par l’ADAMI et la région PACA. Mécénat Musical Société Générale est son mécène principal.

 

 

Pianoscope
WordPress Image Lightbox