Concert 10

Ivresses slaves obligent, Pianoscope fête l’anniversaire de sa 10ème édition dans un feu d’artifice dont les fusées ont pour noms Tchaikovsky, Moussorgski, Glinka, Stravinsky … Pour conclure, un chœur russe légendaire dans des chants traditionnels.

Boris Berezovsky
piano
Piotr Ilyitch TCHAÏKOVSKY (1840-1893)
Dumka, op.59
Au village (extrait des Douze pièces pour piano op.40)
Danse russe (extrait des Douze pièces pour piano op.40)
Ivan Pochekin
violon
Boris Berezovsky
piano
Igor STRAVINSKI (1882-1971)
Divertimento pour violon et piano (extraits)
Yana Ivanilova
soprano
Boris Berezovsky
piano
Modest MOUSSORGSKY (1839-1881)
Où es-tu petite étoile? (texte N. Grekov)
Aux champignons (texte L. Mey)
Piotr TCHAIKOVSKY (1840-1893)
Si seulement j’avais su, op. 47 n°1 (Texte A. Tolstoi)
Mikhail GLINKA (1804-1857)
La chanson d’Ilyinishna (extrait du Prince Kholmsky, texte N. Kukolnik)
Ah, mon doux cœur
lexander DARGOMYZHSKY (1813-1869)
Comme nous l’avons dans la rue (texte A. Dargomyzhsky)
Tanka Vanka (traditionnel)
Henri Demarquette
violoncelle
Boris Berezovsky
piano
Serge RACHMANINOV (1873-1943)
Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur op. 19 (1er mouvement)
Ensemble Sirin
Chœurs orthodoxes et chants traditionnels russes
Date : 18 / 10 / 2015 à 18h Lieu : Théâtre du Beauvaisis / Hors les Murs
Plein tarif : 23€
Tarif réduit : 19€
Boris BEREZOVSKY, piano

Boris Berezovsky bénéficie d’une réputation de pianiste virtuose, doté d’une finesse et d’une sensibilité uniques.
Né à Moscou, il étudie au conservatoire avec Elisso Virsaladze et prend des cours particuliers avec Alexander Satz. Il fait ses débuts en 1988 à Londres au Wigmore Hall. Le Times le décrit alors comme « un artiste exceptionnellement prometteur, d’une virtuosité éblouissante et doté d’une énergie formidable ». Deux ans plus tard il remporte la médaille d’or du Concours International Tchaïkovsky à Moscou.
Boris Berezovsky joue avec les plus grands chefs auprès des plus prestigieux orchestres de notre temps: Berlin Philharmoniker, Staatskapelle Dresden, Orchestre du Théâtre Mariinsky, Philharmonia de Londres, Philharmonique de New York, Orchestre de Paris, NHK Symphony Orchestra, Orchestre Santa Cecilia de Rome, Orchestre de la Suisse Romande, Orchestre National de Hongrie, Orchestre National de France, Orchestre Symphonique de la Radio de Francfort, Orchestre NDR de Hambourg, Orchestre National Symphonique de la Radio Danoise, Residentie Orkest, Orchestres Symphoniques de Birmingham et de la BBC, Orchestre Symphonique de Montreal, ou encore le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin…
En récital, il est régulièrement invité dans les séries internationales de récitals les plus renommées. Nous pouvons citer la Série Piano de la Philharmonie de Berlin, la Série Internationale de Piano du Concertgebouw et les grandes scènes de concerts telles que le Théâtre des Champs-Elysées et Salle Pleyel à Paris, le Royal Festival Hall à Londres, le Palais des Beaux Arts de Bruxelles, le Konzerthaus de Vienne… En Janvier 2007, une importante Carte Blanche lui a été consacrée à l’Auditorium du Louvre.
Il a été nommé « Meilleur instrumentaliste de l’année 2006 » lors des BBC Music Magazine Awards.
Boris Berezovsky est particulièrement impliqué dans la musique de chambre où ses partenaires de prédilection sont, entre autres, Vadim Repin et le Quatuor Borodine. En Août 2004, le DVD que le Trio B. Berezovsky, D. Makhtin, A. Kniazev consacre à Tchaïkovski, avec les Pièces pour piano, violon et violoncelle, et le Trio Elégiaque « A la mémoire d’un grand artiste », reçoit le « Diapason d’or ». Il est notamment présenté sur les chaînes de télévisions Arte et NHK au Japon. Pour Warner Classics, il enregistre le Trio n°2 de Chostakovitch ainsi que le Trio Elégiaque n°2 de Rachmaninov. De nombreux prix lui sont décernés dont le «Choc de la Musique» en France, le «Gramophone» en Angleterre, et le «Echo Klassik Preis» en Allemagne.
Chez Teldec, il a enregistré plusieurs sonates et études et pièces solistes de Chopin, Schumann, Rachmaninov, Moussorgsky, Balakirev, Medtner, Ravel ainsi que les Etudes transcendantes de Liszt. Son interprétation de la Sonate n°1 de Rachmaninov a reçu la récompense Preis der Deutschen Schallplattenkritik, et son récital Ravel a été spécialement recommandé par Le Monde de la Musique, Diapason, le BBC Music Magazine et The Independent on Sunday.
Notons chez Mirare, les Préludes, et l’intégrale des Concertos de Rachmaninov enregistrés avec l’Orchestre Philharmonique de l’Oural sous la direction de Dmitri Liss ainsi qu’un CD pour deux pianos avec Brigitte Engerer consacré à Rachmaninov et unanimement acclamé. Un CD Liszt enregistré en public au Royal Festival Hall de Londres et à La Grange de Meslay de Tours. Il participe au disque Saint-Saëns avec Henri Demarquette, Brigitte Engerer et l’Orchestre de Chambre de Paris sous la direction de Joseph Swensen (CHOC de l’année 2010).
Les prochains engagements de Boris Berezovsky comportent, entre autre, des concerts avec : Russian National Orchestra/Mikhail Pletnev, Orchestre de Paris/Andreï Boreyko, Les Siècles/François-Xavier Roth, Hong Kong Philharmonic/Jaap Van Zwenden…, des tournées en Asie avec le NHK Symphony Orchestra, en Europe avec le Deutsches Symphony-Orchester/Tugan Sokhiev, en Russie (Mariinsky…) avec l’Orchestre Philharmonique de l’Oural/Dimitri Liss, des récitals et de la musique de chambre dans les plus prestigieuses salles et festivals (Royal Festival Hall de Londres, Théâtre des Champs-Elysées, Suntory Hall de Tokyo…). Boris Berezovsky a repris le flambeau de l’œuvre de son amie Brigitte Engerer en devenant le directeur artistique du Festival Pianoscope de Beauvais.

Ivan Pochekin

Fils d’un luthier et d’une violoniste, Ivan Pochekin, né en 1987, a suivi ses premiers cours de violon à l’âge de cinq ans et a débuté deux ans plus tard en tant que soliste avec un orchestre symphonique. Il a été l’élève de G. Turchaninova, M. Glezarova, V. Varshavsky, Z. Bon, V. Tretyakov et R. Schmidt. En 2005, Ivan Pochekin a remporté le premier prix du Concours International Paganini à Moscou. Depuis, il est apparu régulièrement sur les principales scènes de concert dans le monde, en particulier au Japon, en Corée du sud et dans beaucoup de pays européens. Il s’est produit avec l’Orchestre Académique d’Etat de Russie, l’Orchestre du Théâtre Mariinsky, l’Orchestre National russe, l’Orchestre Philharmonique de Zagreb, l’Orchestre Symphonique de Dubrovnik, l’Orchestre Philharmonique d’Ovido, l’Orchestre de musique de chambre allemand et l’Orchestre Philharmonique de Moscou. Il a joué avec les chefs d’orchestre Valery Gergiev, Mikhail Pletnev, Vladimir Spivakov, Vladimir Fedoseev, Mark Gorenshtein, Yuri Somoniv, Dmitry Liss, Gintaras Rinkyavichus, Charles Olivieri Munroe, Alexander Sladhovsky et Friedrich Haider.
Il a enregistré deux albums solo d’oeuvres de Niccolo Paganini pour le label « Naxos ». En septembre 2014, Ivan Pochekin a eu l’honneur de jouer le violon Carlo Bergonzi « ex Paganini » avec l’Orchestre National russe dirigé par Mikhail Pletnev.

Yana Ivanilova

Yana Ivanilova est une des chanteuses de musique de chambre les plus recherchée de Russie. Née à Moscou, elle a étudié chez Valentina Levko à l’Académie russe de musique Gnessine à Moscou ainsi que chez Nina Dorliak-Richter au conservatoire de Moscou. Elle obtient d’importants appuis lors de ses études à Vienne chez Ingeborg Wamser et Peter Berne puis chez Marie Devaluy à Montréal
Sa carrière l’a menée, notamment, au nouvel opéra de Moscou, le Victoria Hall à Genève, le Millennium Theatre à New York, l’abbaye de Westminster à London et au Glenn-Gould-Studio à Toronto. En 2008, elle était soliste de l‘Ensemble du Théâtre Bolchoï à Moscou. Des projets artistiques la lie à des musiciens de renom tels que Evgeny Svetlanov, Vladimir Fedoseyev, Mikhail Pletnev, Kent Nagano, Vladimir Spivakov, Vladimir Minin, Saulius Sondeckis et beaucoup d’autres ainsi qu’à l’Ensemble des solistes de musiques anciennes Madrigal, The Old Music Academy et Orpharion.
Elle fut la lauréate du concours Schneider-Trnavsky en 1999 pour sa prestation de Violetta dans La Traviata de Verdi à Košice en Slovaquie.
Son engagement très fort pour l‘opéra, l‘Oratorio et le concert est complété par un répertoire très large de chansons, même si Yana Ivanilova aime se concentrer sur les compositeurs russes. Elle a participé aux premières des œuvres de  Leonid Desyatnikov ainsi qu‘à la réintégration de L’opéra de  Mozart dans L’Oie du Caire à Ostankino, près de Moscou.
Sa discographie comprend des études de Nicolaï Medtner avec Boris Berezowsky (Mirare), et  Ekaterina Derzhavina, Hamish Milne (Vista Vera), Valentin Silvestrovs (avec Alexei Ljubimov, Megadisk) et Giuseppe Sartis Enea nel Lazio (Bongiovani).

Henri Demarquette

« Musicien passionné et personnalité aux facettes multiples, Henri Demarquette joue du violoncelle comme on embrase une forêt profonde; pas un de ses coups d’archet ne laisse indifférent car il réveille l’inconscient de la musique »
O.Bellamy (Classica)

Henri Demarquette, né en 1970, entre à 13 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il étudie avec Philippe Muller et Maurice Gendron. Titulaire d’un Premier Prix à l’unanimité, il travaille également avec Pierre Fournier et Paul Tortelier, puis, avec Janos Starker à Bloomington aux Etats-Unis.

Familier de la scène dès l’âge de 14 ans, il débute à 17 ans par un récital au Théâtre du Châtelet et une émission télévisée enregistrée par France 3 avec la pianiste Hélène Grimaud. Il est aussitôt remarqué par Lord Yehudi Menuhin qui l’invite à jouer sous sa direction le Concerto de Dvořák à Prague et à Paris.

Depuis, sa carrière prend un essor international qui le conduit dans de nombreuses capitales accompagné des plus grands orchestres français ou étrangers comme récemment le Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre National de France, le London Philharmonic, l’ Orchestre de Chambre de Paris, le Tokyo Symphony, l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, l’Orchestre Philharmonique de l’Oural, le Sinfonia Varsovia, la NDR de Hannovre, et en compagnie de ses partenaires pianistes privilégiés Boris Berezovsky, Michel Dalberto, Jean-Bernard Pommier ou Franck Braley. Henri Demarquette joue également en duo avec l’accordéoniste Richard Galliano un programme éclectique s’étendant de Bach à Galliano.

Henri Demarquette poursuit également plusieurs projets originaux :
– « Voce » : un programme pour violoncelle et choeur a capella réunissant des oeuvres de la Renaissance en regard aux musiques contemporaines. De nombreuses oeuvres nouvelles sont en préparation pour cette formation.
– « Arborescence » ou mille ans de musique, du chant grégorien à la musique d’aujourd’hui présentés au violon, violoncelle, piano et bandonéon.
– « Together, A Tango Dream », collaboration fructueuse entre Henri Demarquette et le groupe « El Despues ». Une histoire du Tango depuis ses origines jusqu’à une création de Gustavo Beytelmann.

Esprit curieux, Henri Demarquette aborde régulièrement la musique contemporaine, et se plaît à défendre des oeuvres rares. Il travaille en étroite collaboration avec les grands compositeurs actuels et suscite la composition d’oeuvres de Olivier Greif, Pascal Zavaro, Eric Tanguy, Florentine Mulsant ou Alexandre Gasparov.

Son interprétation du concerto Tout un monde lointain de Henri Dutilleux à donné lieu à un film documentaire diffusé sur la chaine Mezzo. Au cours des saisons prochaines Henri Demarquette donnera en première audition des oeuvres pour violoncelle et choeur d’Eric Tanguy et Philippe Hersant et des concertos de Michel legrand et Richard Galliano.

Il est depuis 2012 invité par Michel Onfray à intervenir dans le cadre de l’Université Populaire de Caen. En compagnie de Jean-Yves Clément, essayiste, poète, musicien, il évoque divers aspects de la musique sous forme de causeries-conférences.

Cette ouverture d’esprit se reflète dans une discographie éclectique, couronnée de nombreuses distinctions en France et à l’étranger parmi laquelle se trouvent:
– Jean Cras : Trio à cordes et quintette pour flûte, harpe et trio à cordes avec J.Hurel, M.P. Langlamet, P. Graffin et M. da Silva (Timpani Records)
– Camille Saint-Saëns : Concerto n°1, Sonate n°1, Carnaval des Animaux avec B.Berezovsky, B.Engerer et l’Ensemble orchestral de Paris dir : J. Swensen (Mirare). choc classique décembre/janvier et une clef ResMusica)
– Olivier Greif : « Par la Chute d’Adam » Orchestre National de France, dir : J.C. Casadesus, piano : G.Bellucci. (Universal Music France). choc de l’année Classica et clé de l’année ResMusica
– Johannes Brahms :Les 3 sonates avec M. Dalberto (Warner Classics). « Choc du monde de la musique », « RTL d’OR », et ffff de Télérama
– « Invitation au voyage » oeuvres de Fauré, Debussy, Massenet, Duparc, Ravel, Poulenc avec B. Engerer (Warner Classics). « Choc du monde de la musique »
– L.v. Beethoven : L’intégrale des sonates avec Michel Dalberto en DVD (Armide)
-Frédéric Chopin :L’intégrale de l’oeuvre pour violoncelle avec B. Engerer (Intrada)
-Jean-Sebastien Bach : Les 6 Suites pour violoncelle seul (collection du Festival d’Auvers sur Oise)
– Josef Haydn : Les deux concertos avec l’orchestre de chambre de Toulouse (Verany)
– Jean Cras : La Légende avec l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg (Timpani)
– James Mac Millan L’intégrale de l’oeuvre pour violoncelle et piano avec
Graham Scott (Deux-elles)
Florentine Mulsant : sonate pour violoncelle seul (Ar.re-se)

Henri Demarquette a reçu de l’académie des Beaux Arts le Prix de la Fondation Simone et Cino del Duca.

Henri Demarquette joue « le Vaslin », violoncelle créé par Stradivarius en 1725, confié par LVMH/Moët Hennessy. Louis Vuitton.

Sirin Ensemble

Formé en 1989 par des musiciens professionnels, l’Ensemble Sirin porte le nom d’une créature mythologique russe. Auparavant, pendant des années, le fondateur Andrey Kotov avait étudié la musique sacrée russe traditionnelle en allant dans les lieux où les plus anciennes traditions avaient été préservées. Le répertoire de l’Ensemble Sirin va donc du style sonore de l’Eglise des Vieux Croyants aux chants hantés des vagabonds en quête de spiritualité.

 

L’Ensemble Sirin a fait des tournées en Russie et en Europe et a remporté de nombreux prix lors de compétitions. Sirin a pris part au premier Symposium européen sur la musique chorale à Lubiana ainsi qu’au Symposium mondial sur la musique chorale à Rotterdam. Il s’est produit en France dans les festivals de l’Abbaye du Thoronet et du Vieux Lyon, en Allemagne à Musica Sacra, en Suisse au Festival de musique sacrée de Fribourg, au Maroc au Festival de musique sacrée de Fès, et dans de nombreux autres.

 

Pour Sirin, le compositeur Vladimir Martinov a mis en musique les « Lamentations de Jérémie », un des Livres de la Bible. L’œuvre a été jouée plus de 150 fois en Russie, en France (au Festival d’Avignon), en Italie, Allemagne, Estonie, Suède.