Récital Jean-Bernard POMMIER

BEETHOVEN : sonate no. 25 en sol majeur, op. 79, Alla tedesca
BEETHOVEN : sonate no. 2 en la majeur, op. 2 n° 2
BEETHOVEN : sonate no. 23 en fa mineur, op. 57, Appassionata

Beethovenmania

A 17 ans, en 1962, devant un jury présidé par le légendaire pianiste russe Emil Guilels, Jean-Bernard Pommier deviendra le plus jeune finaliste du Concours Tchaïkovski. De quoi tourner bien des têtes. Pas celle de Jean-Bernard Pommier, qui, à l’instar de son maître Yves Nat, s’astreindra à la pratique beethovenienne : il enregistrera l’intégrale des sonates ainsi que celle des concertos sous la direction de Daniel Barenboim. Une empreinte indélébile dans la vie d’un pianiste, qui plus est chef d’orchestre puisque Pommier l’est aussi devenu.

C’est donc à un récital Beethoven que nous convie ce héraut du maître de Bonn. La juvénile Sonate n°2 op.2 n°2 constitue les prémices du monument que Beethoven allait édifier à l’instrument piano, mais prémices qui contiennent déjà toute la grandeur de sa pensée. Dans la Sonate n°25 op. 79, affublée de deux surnoms, Alla Tedesca du nom du premier mouvement, ou bien le Coucou, se reflètent toutes les facettes du génie beethovenien. Quant à la Sonate n°23 op. 57 Appassionata, c’est bien ce « torrent de feu dans un lit de granit » décrit par Romain Rolland qui imprime sa marque dans toutes les mémoires.

 

Concert enregistré par France Musique