Biographies

Né aux Etats Unis en 1970, Nicholas Angelich donne son premier concert à 7 ans et entre à 13 ans au Conservatoire National Supérieur de Paris et étudie avec Aldo Ciccolini, Yvonne Loriod, Michel Beroff. Il travaille aussi avec Marie-Françoise Bucquet, Leon Fleischer, Dmitri Bashkirov et Maria Joao Pires. Il remporte à Cleveland le 2ème Prix du Concours International R.Casadesus, le 1er Prix du Concours International Gina Bachauer. Sous le parrainage de Leon Fleischer, il reçoit en Allemagne le prix des jeunes talents du « Klavierfestival Ruhr ». Aux Victoires de la Musique Classique, il reçoit la Victoire du « Soliste Instrumental de l’Année. » en 2013 et en 2019.

Grand interprète du répertoire classique et romantique, il donne l’intégrale des Années de Pèlerinage de Liszt. Il s’intéresse également à la musique du vingtième siècle : Messiaen, Stockhausen, Pierre Boulez, Eric Tanguy, Bruno Mantovani dont il crée Suonare, Pierre Henry dont il crée le Concerto sans orchestre pour piano ainsi que le concerto de Baptiste Trotignon, Different Spaces (CD chez Naïve). En mai 2003, il fait ses débuts avec le New York Philharmonic et Kurt Masur (Beethoven n°5). Toujours sous sa direction, mais avec l’Orchestre National de France, il effectue une tournée au Japon (Brahms n°2). Vladimir Jurowski l’invite en octobre 2007 à faire l’ouverture de la saison à Moscou avec l’Orchestre National de Russie.

Nicholas Angelich s’est produit avec le Boston Symphony, Philadelphia Orchestra, Los Angeles Philharmonic, les orchestres d’Atlanta, Indianapolis, Saint-Louis, Cincinnati, Pittsburg, Symphonique de Montréal, Toronto Symphony, les orchestres de Bordeaux, Lyon, Lille, Strasbourg, Toulouse, Montpellier, Monte-Carlo, Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre de Paris, Orchestre de Chambre de Lausanne, Orchestre de la Suisse italienne, Frankfurter Hessischer Rundfunk, Orchestre de la Radio de Stuttgart, Philharmonique de Dresde, SWR Baden-Baden, Royal Philharmonic Orchestra, London Phiharmonic, London Symphony, Royal Scottish National Orchestra, Scottish Chamber Orchestra, Seoul Philharmonic, Japan Philharmonic, Hong Kong Sinfonietta, Orchestre National d’Espagne, Rotterdam Philharmonic, Orchestre de la Radio de Stockholm, Mahler Chamber Orchestra, Chamber Orchestra of Europe, Orchestre du Théâtre Mariinsky, Tonhalle de Zurich, Gustav Mahler Jugendorchester, Philharmonique de Liège, Monnaie de Bruxelles, sous la direction de : Charles Dutoit, Vladimir Jurowski, Yannick Nézet-Seguin, Tugan Sokhiev, Lionel Bringuier, Xu Zhong, Louis Langrée, Stéphane Denève, Christian Zacharias, David Robertson, Michael Gielen, Marc Minkowski, Gianandrea Noseda, David Afkham, Paavo et Kristian Järvi, Kurt Masur, Myung-Whun Chung, Daniel Harding, Sir Colin Davis, Valery Gergiev, Jérémie Rohrer, John Nelson, Lawrence Foster, Michael Sanderling, Krzysztof Urbanski, Jaap Van Zweden …

En récital et en musique de chambre il joue à Paris, Lyon, Bordeaux, La Roque d’Anthéron, Piano aux Jacobins à Toulouse, Aix-en-Provence, Nantes, Genève, Bruxelles, Munich, Luxembourg, Brescia, Crémone, Rome, Milan, Florence, Lisbonne, Bilbao, Madrid, Tokyo, Londres, Amsterdam, Verbier, Festival Martha Argerich de Lugano, Mostly Mozart de New York. En musique de chambre, il joue avec Martha Argerich, Gil Shaham, Yo-Yo Ma, Joshua Bell, Maxim Vengerov, Akiko Suwanai, Renaud et Gautier Capuçon, Jiang Wang, Daniel Müller-Schott, Leonidas Kavakos, Julian Rachlin, Gérard Caussé, Antoine Tamestit, Paul Meyer, les Quatuors Ebène, Modigliani, Ysaye, Prazak, Pavel Haas…

Discographie : chez Harmonia Mundi un récital Rachmaninov, chez Lyrinx un récital Ravel, chez Mirare, Les Années de Pèlerinage de Liszt (Choc Année 2004/Monde de la Musique) et un récital Beethoven (Choc Année 2005/Monde de la Musique). Chez Erato, dont il est artiste exclusif : de Brahms les Quatuors, les Trios avec Renaud et Gautier Capuçon, les Sonates pour violon et piano avec Renaud Capuçon (Diapason d’or, Choc/Monde de la Musique, Editor Choice/Gramophone), deux récitals (Choc du Monde de la Musique, BBC Music Choice), les Concertos avec l’Orchestre de la Radio de Francfort et Paavo Järvi, la musique de chambre de Gabriel Fauré et les Variations Goldberg de J.S. Bach, un récital Chopin, Schumann, Liszt (Choc de Classica, le Triple Concerto de Beethoven avec Gil Shaham, Anne Gastinel, l’Orchestre de la Radio de Francfort et Paavo Järvi (naïve.), Different Spaces de Baptiste Trotignon avec l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine et Paul Daniel. Dernière parution en Septembre 2018: un enregistrement des concertos 4&5 de Beethoveen avec le Insula Orchestra et Laurence Equilbey.

Né à Chambéry en 1976, Renaud Capuçon étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Gérard Poulet et Veda Reynolds, puis avec Thomas Brandis à Berlin et Isaac Stern. En 1998 Claudio Abbado le choisit comme Konzertmeister du Gustav Mahler Jugendorchester ce qui lui permet de parfaire son éducation musicale avec Pierre Boulez, Seiji Ozawa, Daniel Barenboim et Franz Welser-Moest. En 2000 il est nommé « Rising Star » et « Nouveau talent de l’Année » aux Victoires de la Musique puis « Soliste instrumental de l’année » en 2005. En 2006, il est lauréat du Prix Georges Enesco décerné par la Sacem.

Renaud Capuçon collabore avec les plus grands chefs d’orchestres, tels que David Robertson, Matthias Pintscher, Gustavo Dudamel, Lionel Bringuier, Wolfgang Sawallish, Christoph Eschenbach, Paavo Jarvi, Daniele Gatti, Myung-Whun Chung, Semyon Bychkov, Yannick Nezet-Séguin, Kurt Masur, Daniel Harding, Jukka Pekka Saraste, Vladimir Yurowsky, Charles Dutoit, Bernard Haitink, Christoph von Dohnanyi, Andris Nelsons, Jonathan Nott, Antonio Papano, Stéphane Denève.

Renaud Capuçon se produit régulièrement avec des orchestres de renommée mondiale, tels que le Philharmonique de Berlin, Los Angeles Philharmonic, Orchestre de Paris, Orchestre della Scala de Milan, Orchestre de la Suisse Italienne, le Wiener Symphoniker, le Czech Philharmonic, Rotterdam Philharmonic, Camerata Salzburg, Konzerthausorchester Berlin, New York Philharmonic, le National Symphony Orchestra, New World Symphony, Sydney Symphony Orchestra, Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Radio France, Chamber Orchestra of Europe, Leipzig Gewandhaus, Dresde Staatskapelle, Philadelphia Orchestra, Chicago Symphony, Boston Symphony, Tonhalle Zurich, Oslo Philharmonic, Orchestre de la Suisse Romande, Berlin Staatskapelle, Santa Cecilia, RAI Turin, Seoul Philharmonic, NHK Symphony..

Renaud Capuçon a donné la Création mondiale du Concerto pour violon de Pascal Dusapin avec le WDR Cologne, ainsi qu’un cycle de musique de chambre Brahms/Fauré de 5 concerts au Musikverein à Vienne.

Passionné de musique de chambre, il collabore avec Martha Argerich, Nicholas Angelich, Kit Armstrong, Khatia Buniatishvili, Frank Braley, Guillaume Bellom, Yefim Bronfman, Hélène Grimaud, Khatia et Marielle Labèque, Maria Joao Pires, Jean-Yves Thibaudet, Gérard Caussé, Yuri Bashmet, Myung-Whun Chung, Yo Yo Ma, Mischa Maisky, Truls Mork, Michael Pletnev, et son frèreGautier dans les plus grands festivals : Aix en Provence, Saint-Denis, La Roque d’Anthéron, Menton, Colmar, Hollywood Bowl, Tanglewood, Gstaad, Lucerne, Lugano, Verbier, Salzburg, Rheingau, Bucarest Festival Enescu, Amsterdam, Granada…

Sa discographie chez Erato est immense: avec Martha Argerich Trios Haydn/Mendelssohn et Triple de Beethoven, Berlioz/Saint-Saëns/Milhaud/Ravel avec la Deutsche Kammerphilharmonie/Daniel Harding, L’Arbre des Songes/Dutilleux avec le Philharmonique de Radio France/M.-W. Chung, Mendelssohn/Schumann avec le Mahler Chamber Orchestra/Daniel Harding, Mozart avec le Scottish Chamber Orchestra, Louis Langrée et Antoine Tamestit, la musique de chambre de Schubert, Ravel, Saint-Saëns, ainsi que Brahms sonates, trios et quatuor avec Nicholas Angelich, son frère Gautier et Gérard Caussé, les concertos de Beethoven/Korngold avec le Rotterdam Philharmonic et Yannick Nézet-Seguin, l’Intégrale des Sonates de Beethoven avec Frank Braley et l’intégrale Fauré avec N. Angelich, G. Capuçon, M. Dalberto, G. Caussé et le Quatuor Ebène. Après les concertos de Brahms et Berg avec le Philharmonique de Vienne et Daniel Harding, Saint-Saëns avec le Philharmonique de Radio France et Lionel Bringuier, ainsi que l’Histoire de Babar – Poulenc/Debussy/Ridout avec Laurence Ferrari et Jérôme Ducros, son premier Best of « Violon Roi », un coffret de 3 CD retraçant son parcours et un récital avec Khatia Buniatishvili (Frank – Grieg – Dvorak), un disque réunissant la Symphonie espagnole de Lalo, le premier concerto de Bruch et les airs bohémiens de Sarasate, un disque avec des concertos contemporains Rihm/Dusapin/Montovani nominée pour le meilleur enregistrement aux Victoires de le Musique 2017 et un disque de sonates et trios de Debussy sorti en octobre 2017, les sonates pour violon et piano de JS Bach avec David Fray (2019) et les trios ‘Ghost’ et ‘Archduke’ de Beethoven avec Gautier Capuçon et Frank Braley (février 2020), les trios avec piano et sonates pour violon et piano de Camille Saint-Saëns, avec Edgar Moreau et Bertrand Chamayou. Dernière parution : le Concerto pour violon et la sonate pour violon et piano d’Edward Elgar, avec le London Symphony Orchestra, Simon Rattle et Stephen Hough.

Renaud Capuçon joue le Guarneri del Gesù « Panette » (1737) qui a appartenu à Isaac Stern.

Il est promu « Chevalier dans l’Ordre National du Mérite » en juin 2011 et « Chevalier de la Légion d’honneur » en mars 2016. Il est le fondateur et directeur artistique du Festival de Pâques d’Aix-en-Provence et du Festival Les Sommets Musicaux de Gstaad, ainsi que professeur de violon à la Haute Ecole de Musique de Lausanne. En janvier 2020, il est promu au grade d’Officier dans l’Ordre National du Mérite.

Renaud Capuçon est nommé chef d’orchestre et directeur artistique de l’Orchestre de Chambre de Lausanne, pour la saison 2020/2021.

En mars 2020, Renaud Capuçon publie son premier livre, Mouvement Perpétuel, chez Flammarion.

Après des études aux Conservatoires de Marseille, Nîmes et Saint-Maur, Violaine entre en 2005 au CNSM de Paris dans la classe du concertiste Nicholas Angelich. Elle y élargit ses horizons musicaux en y étudiant également l’Analyse, la Musique de Chambre, l’Harmonie au Clavier, et achève son cursus en obtenant un Prix d’Harmonie et un Master de piano du CNSM.

2011 marque un tournant dans sa carrière avec sa spécialisation dans le répertoire contemporain. Elle poursuit ses études au CNSM avec Hae-Sun Kang, violoniste à
l’Ensemble Intercontemporain, en intégrant le Diplôme d’Artiste spécialisé dans le répertoire contemporain et les créations. En 2012, Violaine se perfectionne au New England Conservatory de Boston, auprès de Gabriel Chodos en piano et de Stephen Drury en piano contemporain. Dans l’optique de défendre le répertoire contemporain et la création, elle fonde en 2014 le duo Ekla avec le saxophoniste et compositeur suisse Kevin Juillerat. En 2019, elle fonde également le duo Mantra afin d’explorer le répertoire moderne et contemporain à 2 pianos avec Julien Guénebaut.

La pédagogie est une part importante de sa vie artistique. Ainsi, après avoir intégré le cursus de formation à l’enseignement au CNSM de Paris, Violaine obtient le diplôme de CA, puis réussi le concours de Professeur d’Enseignement Artistique de la fonction publique. Elle enseigne depuis 2015 au Conservatoire d’Aulnay-sous-Bois.

Violaine Debever a été récompensée par de nombreux prix nationaux et internationaux, ( concours Lions Club , Yamaha , Les nuits pianistiques d’Aix en Provence, concours d’interprétation de Boulogne …). En 2012, Violaine a été lauréate de la fondation Marcel Bleustein-Blanchet et a également reçu une bourse de l’ADAMI.

Elle s’est également perfectionnée auprès de prestigieux pianistes, tels Franck Braley, Marie-Françoise Bucquet, Pierre-Laurent Aimard et Manahem Pressler.
Dans le cadre de la musique contemporaine, elle a été aussi amenée à travailler avec de nombreux compositeurs (Jean-Claude Risset, Bruno Mantovani, Alain Savouret, Alain Louvier, Luis Naón, Helmut Lachenman, Marco Stroppa, Paul Méfano, Betsy Jolas etc…).

Elle a plusieurs fois été invitée à jouer avec orchestre, et se produit régulièrement en France : au Printemps des Poètes à Nîmes, au Jeudis de Nîmes , aux Nuits Pianistiques d’Aix en Provence, et au Festival Chopin à Nohant. Elle a joué entre autres au Théâtre de Quimper, à l’IRCAM dans le cadre du Festival Acanthes, au Festival d’Aldeburgh, à la Biennale de Venise, au Festival de la MEIJE, au Palais de Tokyo et à La Cité de la Musique à Paris. Violaine s’est également produite aux Etats-Unis, en Grèce, en Angleterre, en Espagne et en Hongrie.

En 1982, apparaissait sur les écrans de télévision un jeune garçon de 12 ans, interprétant Mozart enfant aux côtés de Michel Bouquet dans le film fleuve de Marcel Bluwal consacré à la vie du compositeur des Noces de Figaro. Cette expérience comme acteur venait s’ajouter à des études de piano qu’il débute avec sa mère dès son plus jeune âge, et l’apprentissage de la danse classique.

Mais Jean-François Dichamp se vivait avant tout comme musicien et il devait préférer bientôt la route sinueuse du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Après l’obtention d’un Premier prix à l’unanimité, il rencontrera Nikita Magaloff avec qui il travaillera pendant quelques temps, fasciné lors de ses leçons avec ce grand Maître par l’élégance sublime du jeu si raffiné du grand pianiste d’origine russe, puis deviendra l’un des plus brillants élèves de Maria Curcio, disciple de Schnabel, qui par sa connaissance approfondie du répertoire et de l’instrument, sera la personnalité la plus marquante de sa vie musicale.

La moisson des récompenses internationales s’annonce bientôt florissante: trois prix au concours international de Santander (prix de finaliste, le prix spécial «jeunes talents» et le prix «spécial Chopin» remis par Madame Arthur Rubinstein) sont le point de départ d’une carrière dans de nombreux pays.

«A very sensitive artist» dit le Times, «Un don inné pour Chopin» répond en écho The Independent on Sunday. Invité de France Musiques et chez Olivier Bellamy dans Passion Classique sur Radio Classique, il participe au Festival Chopin de Duzniki (Pologne), à la série des récitals des Chorégies d’Orange, aux Midis Musicaux du Châtelet de Paris, à la Festa da Musica de Lisbonne, ou encore au Festival de la Roque d’Anthéron, aux Folles Journées de Nantes, au Festival de Frutillar au Chili où il s’est produit à trois reprises, à celui de Monterrey au Mexique ou bien encore à la «International Piano Series» de Charleston en Caroline du Sud (USA) à trois occasions là aussi, mais également en Angleterre (où il vécut quatre ans), en Irlande, en Allemagne, en Espagne, en Turquie, en Roumanie, aux Pays-Bas, à Chypre, en Algérie, en Colombie, au Paraguay, ou au Brésil.

Ses deux premiers disques, l’un consacré à Chopin, l’autre à Liszt, ont été unanimement salués par la critique :

« Jean-François Dichamp est un pianiste élégant et subtil,
d’une extrême délicatesse
»
Le Monde de la Musique

« (…) a désormais les moyens de se mesurer aux plus grands »
Madame Figaro

« son Chopin est à la fois achevé et vécu en profondeur »
Diapason

« (…) s’impose à l’oreille par un sens aigu de l’alchimie harmonique »
Répertoire

« Ce second disque prouve que Jean-François Dichamp est décidément un des grands pianistes de la nouvelle génération »
Alain Duault

Jean-Baptiste Fonlupt s’est produit en décembre 2016 en tant que soliste au Théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg avec l’orchestre du Mariinsky sous la direction de Valery Gergiev. Il y a interprété à l’occasion de l’ouverture du Piano International Festival le concerto pour piano de Jolivet. Il a également joué lors de ce festival un récital entièrement consacré à Franz Liszt.

Ses autres concerts récents l’ont mené dans de prestigieux festivals : Piano aux Jacobins à Toulouse, Lisztomanias de Châteauroux, l’Esprit du Piano à Bordeaux, Festival Chopin de Nohant, Piano en Valois à Angoulême, au festival Liszt en Provence, à Solistes à Bagatelle à Paris, dans plusieurs ville de Chine, en Belgique, au Japon, en Russie, en Italie au Festival dei due Mondi de Spoleto. Il a joué en novembre 2018 avec l’Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine sous la direction de Paul Daniel le 1er concerto de Tchaïkovsky.

Né en 1976, il débute le piano à l’âge de 6 ans avec Jeanine Collet et Christian Bernard au Conservatoire de Grenoble. A l’âge de 13 ans, il remporte le concours du Royaume de la Musique et joue le 1er concerto de Mendelssohn avec l’orchestre Colonne à la Maison de la Radio à Paris. Un an plus tard, il remporte le 1er prix du concours Steinway Jeunes Talents, grâce auquel il joue en soliste au Théâtre des Champs-Elysées. En 1991, il est admis à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Bruno Rigutto. Il se perfectionne par la suite auprès de Georges Pludermacher, de la pianiste russo-géorgienne Elisso Virssaladze puis du pianiste allemand Michael Endres à Berlin.

Jean-Baptiste Fonlupt a sorti en 2016 un disque dédié à Robert Schumann (Variations Abegg, Arabesque, Novellettes no.2, 7 & 8, les Chants de l’Aube, Geistervariationnen) pour le label Esprit du Piano, qui a obtenu la récompense de 5 Diapasons. Passionné par tous les types de répertoire, de JS Bach à la musique contemporaine, sa discographie témoigne aussi d’une attention particulière pour le répertoire moins connu: il a gravé des pièces rares de Franz Liszt (3 Apparitions, Klavierstück, Impromptu..) ainsi que des sonates de Carl Philipp Emanuel Bach. En 2014, il enregistre un disque consacré à Chopin pour lequel il est nommé Révélation 2014 au Festival Chopin de Nohant, qui obtient également 5 diapasons.

En 2010, il a été invité comme soliste à Caracas, Venezuela, pour la création en première mondiale de Anamorphoses, pièce concertante pour piano et orchestre, du compositeur Joseph-François Kremer, avec l’Orchestre des Jeunes Simon Bolivar sous la baguette du chef Christian Vasquez. Ce concert est régulièrement diffusé sur la chaîne musicale Mezzo.

Ses disques sont diffusés sur les ondes, aussi bien dans les émissions de Radio Classique et de France Musique, mais aussi sur les radios étrangères comme CBC Radio Canada.

Anne Gastinel fait ses études aux CNSMD de Lyon et de Paris et se perfectionne auprès de Yo-Yo Ma, János Starker et Paul Tortelier. Elle remporte de nombreux prix dans les grands concours internationaux (Scheveningen, Prague, Rostropovitch) et est définitivement révélée au grand public lors du Concours Eurovision 1990. En 1997, elle est choisie par Marta Casals pour jouer pendant un an le mythique Matteo Goffriller de Pablo Casals.

En 2006, Anne Gastinel reçoit la Victoire de la Musique « Soliste de l’année ».

Sa carrière l’emmène dans les plus belles salles d’Europe et du monde. Elle s’y produit aux côtés de grands maîtres et musiciens : Yehudi Menuhin, Mstislav Rostropovitch ou Kurt Sanderling, Emmanuel Krivine, Daniele Gatti, Josep Pons, Vladimir Spivakov, Pinchas Steinberg, Krzysztof Penderecki, Michel Plasson, Yuri Bashmet, Michaël Schønwandt, Paavo Järvi, Justin Brown, Marianne Thorsen, Louis Langrée, Pedro Halffter, Alain Altinoglu, Michel Portal, Nelson Goerner, Gil Shaham, Nicholas Angelich…

En concerto, elle se produit régulièrement avec l’Orchestre National de France, l’Orchestre National de Lyon, le HR-Sinfonieorchester, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine…

En musique de chambre, elle partage la scène avec Claire Désert, avec qui elle a enregistré de nombreux albums (Poulenc, Franck, Schubert, Schumann…), avec le Quatuor Hermès, Nicholas Angelich et Andreas Ottensamer, David Grimal et Philippe Cassard, Xavier Philipps ou encore les violoncelles français.

Depuis près de quinze ans, ses enregistrements sont couronnés des plus hautes distinctions. En 2018, son enregistrement (Naïve) consacré au Triple Concerto de Beethoven avec Nicholas Angelich, Gil Shaham, Paavo Jarvi et l’Orchestre de la Radio de Francfort a reçu le Choc du Magazine Classica.

Anne Gastinel joue un violoncelle Testore de 1690.

Elle est professeur au CNSMD de Lyon depuis 2003.

François-Frédéric Guy mène une carrière internationale aux côtés des plus grands chefs comme Philippe Jordan, Kent Nagano, Daniel Harding, Esa-Pekka Salonen, avec des orchestres prestigieux comme les Wiener Symphoniker, l’Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le NHK Symphony Orchestra de Tokyo ou le Philharmonia Orchestra à Londres.

Curieux de la musique de son temps, il se fait l’interprète de nombreux compositeurs contemporains et donne régulièrement des oeuvres en création mondiale. Entre 2014 et 2017 il est Artiste en Résidence à l’Arsenal de Metz. Entre 2017 et 2020, il est Artiste associé comme pianiste et chef d’orchestre à l’Orchestre de Chambre de Paris.

Depuis 2012, il dirige régulièrement du piano différentes formations dont l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, le Sinfonia Varsovia, l’Orchestre National des Pays de Loire, l’Orchestre National de Lorraine ou l’Orchestre de Chambre de Paris avec lequel il reçoit un accueil triomphal au Théâtre des Champs-Élysées en janvier 2020 lors de l’ouverture de l’année Beethoven du théâtre.

À partir de septembre 2021 il sera directeur musical et de l’ensemble suisse Microcosme.

Son prochain disque consacré à la musique de Tristan Murail et aux Préludes de Debussy sera publié en février 2022 (La Dolce Volta).

Le Muzikverein de Vienne, La Seine Musicale de Boulogne, l’Arsenal de Metz, l’Auditorium de Radio France, le Conservatoire Tchaikovsky de Moscou, Wigmore Hall à Londres, Kumho Art Hall à Seoul, le Muziekgebouw d’Amsterdam, le festival de Vilnius accueilleront les futurs récitals et concerts de musique de chambre de François-Frédéric Guy.

Ses projets orchestraux l’emmèneront prochainement sous la direction de Sakari Oramo, Jean-Claude Casadesus, Benjamin Lévy, Jurien Hempel à Londres, Lille, Paris (Philharmonie), Cannes, Tokyo, Hambourg, et de Philippe Jordan à Munich avec le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks.

Il se produira comme pianiste et chef à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Hong-Kong, de l’Orchestre de l’Opéra de Limoges, de l’Orchestre de Chambre de Paris au Théâtre des Champs-Élysées, ou le Sinfonia Varsovia.

www.ffguy-pianist.com

François-Xavier Roth est l’un des chefs les plus charismatiques et entreprenants de sa génération. Il est Generalmusikdirektor de la ville de Cologne depuis 2015, réunissant la direction artistique de l’Opéra et de l’orchestre du Gürzenich. Il est « Principal Guest Conductor » du London Symphony Orchestra, Artiste associé de la Philharmonie de Paris et est nommé en 2019 directeur artistique de l’Atelier Lyrique de Tourcoing.

Proposant des programmes inventifs et modernes, sa direction incisive et inspirante est reconnue internationalement. En 2019-2020, il collabore à nouveau avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin, le Royal Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre de Paris, l’ Orchestre Symphonique de Montréal, le Tokyo Metropolitan Symphony, les Münchner Philharmoniker et le Mahler Chamber Orchestra. Il dirige également deux fois le Boulez Ensemble et fera ses débuts avec le Gewandhaus Orchester de Leipzig. Il collabore également régulièrement avec la Staatskapelle de Berlin, le Boston Symphony, le Cleveland Orchestra, le San Francisco Symphony et la Tonhalle de Zurich.

En 2003, il crée Les Siècles, orchestre d’un genre nouveau qui joue chaque répertoire sur les instruments historiques appropriés. Avec cet orchestre, il donne des concerts dans le monde entier et rejoue notamment le répertoire romantique français et le répertoire des ballets russes sur instruments d’époque. L’orchestre fait ses débuts à la Philharmonie de Berlin en 2019 avec un programme emblématique (Rameau / Lachenmann / Berlioz) sur trois instrumentariums différents. Victoire de la Musique en 2018 en France, Les Siècles sont nominés en 2018 et 2019 par le magazine Gramophone pour recevoir le prestigieux prix d’Orchestre de l’Année.

Cette saison, ses concerts avec le London Symphony Orchestra explorent les œuvres de Bartok, Berio, Stravinsky et Elgar et comprennent une nouvelle commande à la compositrice Sophya Polevaya. Il jouera avec le LSO à Paris et à Lyon et le 3e disque de la série Panufnik Legacies sortira en 2020.

Pour sa 5e saison d’opéra à Cologne, il dirige deux nouvelles productions de Tristan & Isolde de Wagner et de Béatrice & Bénédict de Berlioz, ainsi qu’une reprise de Die Soldaten de Bernd Alois Zimmermann. Avec le Gürzenich Orchester, il poursuit son cycle Bruckner, explore l’œuvre de Berlioz et jouera deux créations mondiales de Gander et Srnka. Pour célébrer le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven, il crée avec l’orchestre le projet Die Neue Akademie, recréant le principe des concerts viennois du temps de Beethoven, qui juxtaposaient musiques du répertoire et création contemporaine. Ce concert se présente comme une grande construction symphonique où s’enchaînent sans interruption mouvements d’œuvres de Beethoven et pièces emblématiques de notre temps qui leur font miroir. Ce projet sera en tournée en 2019-2020 à Londres, Munich, Hambourg et Lyon.

Ses nombreux enregistrements, récompensés régulièrement dans la presse internationale, incluent le cycle complet des Poèmes Symphoniques de Richard Strauss avec le SWR Sinfonieorchester Baden-Baden & Freiburg (2011-2016). Ses disques des ballets de Stravinsky avec Les Siècles ont été acclamés dans le monde entier, recevant notamment le grand prix de la critique allemande. Ils enregistrent actuellement une intégrale Berlioz et une intégrale Ravel pour Harmonia Mundi. Le premier enregistrement, Daphnis & Chloé, a été Gramophone Classical Music Award 2018 dans la catégorie « Orchestral ». Leur disque Debussy commémorant les 100 ans de la disparition du compositeur est à nouveau nominé en 2019 pour le même prix. Le disque Mirages avec Sabine Devieilhe a été Diapason d’Or, Diamant Opéra, Gramophone magazine Editor’s Choice, Sunday Times Album of the Week et a remporté les Victoires de la Musique classique 2018. En 2019-2020, François-Xavier Roth publiera 4 disques avec Les Siècles : la Symphonie Fantastique de Berlioz, Ravel#3 et deux disques Beethoven.

Avec le Gürzenich Orchester, François-Xavier Roth a enregistré les Symphonies n°3 et n°5 de Mahler, symphonies qui avaient été créées par l’orchestre de Cologne en 1902 et 1904. Le DVD The Young Debussy de son premier concert comme Principal Guest Conductor du London Symphony Orchestra a été publié en août 2019

François-Xavier Roth consacre également une grande part de son activité à la pédagogie et s’engage quotidiennement auprès des nouveaux publics. Avec les Siècles et le Festival Berlioz, il créé en 2009 le Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz, orchestre-académie rejouant le répertoire berliozien sur instruments d’époque. En 2019, cet orchestre a interprété la Prise de Troie d’Hector Berlioz, les deux premiers actes du monument Les Troyens. Il est également à l’origine de l’émission Presto ! proposée sur France 2. Le programme jeunesse du Gürzenich Orchestra ’Ohrenauf !’ a remporté le Junge Ohren Produktion Award.

Champion infatigable de la création contemporaine, il dirige depuis 2005 le LSO Panufnik Composers Scheme. A Cologne, Roth est à l’origine de la Trilogie Koeln de Philippe Manoury, qui s’est terminé en 2019 avec la création de Lab.Oratorium, création pour deux chanteuses, deux acteurs, ensemble vocal, choeur, orchestre et électronique. Roth a également créé des œuvres de Yann Robin, Georg-Friedrich Haas, Hèctor Parra et Simon Steen-Andersen et également régulièrement collaboré avec Pierre Boulez, Wolfgang Rihm, Jörg Widmann et Helmut Lachenmann.

Pour ses réalisations en tant que musicien, chef d’orchestre et professeur, François- Xavier Roth a été promu Chevalier de la Légion d’honneur le 14 juillet 2017.

Baptiste Trotignon (né en 1974) commence le piano à l’age de 8 ans. Adolescent, il découvre le jazz et l’improvisation qu’il apprend en autodidacte. En 1994, il est à la fois pianiste et comédien dans le film d’Alain Corneau « Le Nouveau Monde », et un an plus tard, décide de s’installer à Paris.

Il monte en 1998 son trio avec Clovis Nicolas (contrebasse) et Tony Rabeson (batterie) et signe avec le label indépendant Naive : ses deux premiers albums « Fluide » et « Sightseeing » le révèlent, à 26 ans, comme l’un des plus spectaculaires, complets et séduisants pianistes de la nouvelle génération. Il se voit alors décerner plusieurs récompenses : Django d’Or, Prix Django Reinhardt de l’Académie de Jazz, Révélation française aux Victoires du Jazz 2003, et il obtient également en 2002 le Grand Prix du Concours International Martial Solal.

Suivent à partir de 2003 deux albums en piano solo, tous deux grandement salués par la presse et le public (« Solo » et « Solo II »), et Baptiste commence alors à être présent sur la plupart des grandes scènes françaises et internationales : Salle Pleyel, Marciac, Montréal, Vienne, Nice, Montreux, Toronto, La Roque d’Anthéron, Piano aux Jacobins…

A partir de 2005 il entame une période de collaboration musicale avec le saxophoniste David El-Malek qui donnera naissance à deux albums en quartet, ainsi qu’avec Aldo Romano (dont l’album « Flower power », reprises de chansons pop des années 70).

Au cours des années suivantes il multiplie les rencontres éclectiques tout en continuant à développer une musique résolument ouverte et bouillonnante : concerts en duo avec des improvisateurs de haut vol comme Tom Harrell, Brad Mehldau ou encore avec les pianistes classiques Nicholas Angelich et Alexandre Tharaud ; direction artistique de soirées-hommages à Edith Piaf et Claude Nougaro à Montreux ; musique de fim pour le « Sartre » de Claude Goretta ; tournées à l’orgue Hammond B3 avec le « Trouble shootin » de Stefano Di Battista…

Début 2009 sort le premier album « américain » de Baptiste, « Share », enregistré à New-York. Il y retrouve Eric Harland et y réunit Tom Harrell (légende vivante et inimitable de l’histoire du jazz) et Mark Turner. L’album est un succès et sera suivi d’un Live survolté enregistré à Londres (« Suite… » – 2010). Dans les mois qui suivent il en écrit une version avec orchestre à cordes et vents créée au Festival Jazz in Marciac.

La Sacem lui décerne en novembre son Grand Prix du Jazz 2011.

En 2012, outre plus de 80 concerts en Europe ainsi qu’en Asie, Baptiste sort à l’automne un album étonnant et audacieux intitulé « Song Song Song » où il évoque son amour de la voix et invite une belle poignée d’artistes à se joindre à lui, dont Miossec (avec qui il co-écrit 2 titres) et Melody Gardot. A la même période est créé son Concerto pour Piano « Different Spaces » par Nicholas Angelich, Commande de l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, première pièce orchestrale d’envergure totalement écrite et sans improvisation, accueillie avec beaucoup d’enthousiasme et pour laquelle Baptiste est nommé aux Victoires de la Musique Classique 2014 en tant que Compositeur de l’année. Il développe cette nouvelle facette de son travail également dans le domaine de la musique de chambre : Quatuor à Cordes « Empreintes », Sonate pour Flûte et Piano…

Après un album acoustique de ballades réalisé en duo avec le saxophoniste Mark Turner (« Dusk is a quiet place », 2013), le jeune quadragénaire présenté par « Le Monde » comme « Une leçon, un modèle, la perfection de A à Z » revient en 2014 à l’art du trio avec « Hit », avec à ses côtés le maître américain du groove Jeff Ballard.

En 2016, alors qu’il sort un projet totalement original mêlant jazz et musique classique autour de Kurt Weill avec la mezzo-soprano américaine Kate Lindsey (« Thousands of miles », acclamé par le « New-York Times »), il signe avec le prestigieux label Sony Music, dévoilant d’abord deux albums étonnants exprimant son amour des traditions sud-américaines, l’un en collaboration avec le percussioniste argentin Minino Garay (« Chimichurri »), et l’autre avec le saxophoniste afro-cubain new-yorkais Yosvany Terry (« Ancestral Memories »). De nombreux concerts suivent avec ces 3 projets en Amérique du Sud et aux Etats-Unis.

En 2018, en même temps qu’il devient « Artiste Steinway » et reçoit le prestigieux Echo Jazz Award en Allemagne dans la catégorie « Instrumentiste international-piano », l’Orchestre Philharmonique de Radio-France crée sa première pièce symphonique « Hiatus et Turbulences ». A la fin de l’année est créée sa deuxième pièce pour piano et orchestre « L’air de rien », Commande de l’Orchestre National d’Île-de-France, concert où il joue également pour la première fois le 1er Concerto de Mozart !

En novembre 2019, paraît son nouvel album « You’ve changed » : retour au piano solo presque 15 ans après le précédent sous ce format, et une incroyable série de duos avec des artistes tels que Joe Lovano, Avishai Cohen, Ibrahim Maalouf, Camélia Jordana…

Quelques-uns des musiciens avec qui il a joué et/ou travaillé :

(par ordre alphabétique)

Jeanne Added, Nicholas Angelich, Jeff Ballard, Stephane Belmondo, André Ceccarelli, Natalie Dessay, Stefano Di Battista, Melody Gardot, Tom Harrell, Camélia Jordana, Angelique Kidjo, Bireli Lagrène, Brad Mehldau, Christophe Miossec, Milton Nascimento, Michel Portal, Enrico Rava, Aldo Romano, Vincent Segal, Archie Shepp, Mark Turner, Alexandre Tharaud, Jeff « Tain »Watts, Kenny Wheeler…


Formation unique au monde, réunissant des musiciens d’une nouvelle génération, jouant chaque répertoire sur les instruments historiques appropriés, Les Siècles mettent en perspective de façon pertinente et inattendue, plusieurs siècles de création musicale.

Les Siècles sont en résidence dans le département de l’Aisne, en région Hauts-de-France, artiste associé à la Cité de la Musique de Soissons et se produisent régulièrement à Paris (Philharmonie, Opéra-Comique), Sénart, Nîmes, Amiens, Caen, Royaumont, La Côte Saint-André, Aix-en-Provence et sur les scènes internationales de Londres (BBC Proms, Royal Festival Hall), Amsterdam (Concertgebouw), Berlin (Konzerthaus), Bremen, Bruxelles (Klara Festival), Bucarest (Enescu Festival), Wiesbaden, Cologne, Luxembourg, Tokyo, Essen…

Leurs enregistrements des trois ballets de Stravinsky (L’Oiseau de Feu, Petrouchka et le Sacre du Printemps) ont remporté le Jahrespreis 2015 der Deutschen Schallplatten Kritik et ont emporté le prix Edison Klassiek aux Pays-Bas. Leur disque Debussy a été élu Disque classique de l’année dans le Sunday Times et Editor’s choice dans le BBC music Magazine & Gramophone. En mars 2017, Les Siècles intègrent le label Harmonia Mundi et entament une intégrale de la musique de Ravel. Leur deux premiers enregistrements (Daphnis & Chloé & Ma Mère l’oye) connaissent un succès critique international. En 2018, ils remportent la Victoire de la Musique Classique avec Sabine Devieilhe et l’albumMirages et le Gramophone Classical Music Award avec Daphnis & Chloé. Leur disque Debussy sorti en décembre 2018 est élu disque de l’année sur le site Presto Classical.

Soucieux de transmettre au plus grand nombre leur passion de la musique classique, les musiciens de l’ensemble proposent très régulièrement des actions pédagogiques dans les écoles, les hôpitaux ou encore les prisons. L’orchestre est partenaire de la Jeune Symphonie de l’Aisne, du Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz et de DEMOS (Dispositif d’Education Musicale et Orchestrale à vocation Sociale) en Picardie et en Île-de-France. L’orchestre est aussi à l’origine du projet « Musique à l’hôpital » proposé dans le service d’hémato-oncologie pédiatrique à l’hôpital Trousseau à Paris et à l’hôpital de Beauvais et d’une résidence pédagogique à La Petite Bibliothèque Ronde de Clamart. Les Siècles ont également été l’acteur principal de l’émission de télévision Presto proposée à plusieurs millions de téléspectateurs sur France 2 et éditée en DVD avec le concours du CNDP.

Mécénat Musical Société Générale est le mécène principal de l’orchestre.

L’ensemble est depuis 2010 conventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication et la DRAC Hauts-de-France pour une résidence dans la région Hauts-de-France. Il est soutenu depuis 2011 par le Conseil Départemental de l’Aisne pour renforcer sa présence artistique et pédagogique sur ce territoire, notamment à la Cité de la Musique de Soissons. L’orchestre est soutenu depuis 2018 par la Région Hauts-de-France au titre de son fonctionnement.

L’orchestre intervient également à Nanterre grâce au soutien de la municipalité. L’orchestre est artiste en résidence dans le Festival Berlioz à La Côte Saint-André et au Théâtre-Sénart, artiste associé au Théâtre de Nîmes, au Théâtre du Beauvaisis, scène nationale et dans le Festival Les Musicales de Normandie

L’orchestre est soutenu par la Caisse des Dépôts et Consignations, mécène principal du Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz, par l’association Echanges et Bibliothèques et ponctuellement par le Palazzetto Bru Zane – Centre de musique romantique française, par la SPEDIDAM, l’ADAMI, l’Institut Français, le Bureau Export, la SPPF et le FCM.

Les Siècles sont membre administrateur de la FEVIS et du PROFEDIM, membre de l’Association Française des Orchestres et membre associé du SPPF.

Lauréat des concours Rostropovitch 2009, Tchaikovsky 2011 et des Young Concert Artist 2014, Edgar Moreau, né en 1994, commence le violoncelle à 4 ans.

Parallèlement à l’apprentissage du piano, il étudie avec Philippe Muller au CNSM de Paris et se perfectionne auprès de Frans Helmerson à Kronberg. Il fait ses débuts dans le concerto de Dvorak avec l’Orchestre du Teatro Regio de Turin à l’âge de 11 ans.

Edgar se produit dans les salles les plus prestigieuses, notamment au Carnegie Hall de New York, la Philharmonie de Berlin, le Musikverein et le Konzerthaus de Vienne, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Hollywood Ball à Los Angeles, la Philharmonie de Paris et le Théâtre des Champs-Elysées, l’Elbphilharmonie à Hamburg, Suntory Hall à Tokyo, le Seoul Art Center, le Victoria Hall de Genève, le Palau de la Musica Catalana de Barcelone, la Scala de Milan, la Fenice de Venise, le Wigmore Hall, ainsi que dans les festivals de Verbier, Salzbourg, Gstaad, Montreux, Edinbourg, Saint-Denis, Menton, Colmar, Lugano etc.

Il collabore avec des chefs d’orchestre de renommée internationale tels que Gustavo Dudamel, Valery Gergiev, Francois-Xavier Roth, Myung-Whun Chung, Tugan Sokhiev, Manfred Honeck, Lahav Shani, Mikko Franck, Jakub Hrusa, Alain Altinoglu, Pablo-Heras Casado, Vasily Petrenko, Jukka-Pekka Saraste, Lionel Bringuier et se produit avec les orchestres comme l’Orchestra Nationale de Santa Cecilia, London Symphony, London Philharmonia, Royal Philharmonic, Los Angeles Philharmonic, Philadelphia Orchestra, Malher Chamber Orchestra, Orchestre de Paris, Munich Philharmonique, Israel Philharmonic, Philharmonique de Radio France, Seattle Symphony, Filarmonica della Scala, Orchestre National de France, Saint Petersburg Philharmonic, Simon Bolivar Orchestra, Malaysian Philharmonic Orchestra, Tokyo Metropolitan Orchestra etc.

La musique de chambre occupe une place privilégiée dans sa carrière et il a comme partenaires : Martha Argerich, Yo-Yo Ma, Renaud Capuçon, Khatia Buniatishvili, Nicholas Angelich, Andras Schiff, Emmanuel Pahud, Sergey Babayan, Lisa Batiashvili, Julian Rachlin, Alexey Volodin, Bertrand Chamayou, David Kadouch, entre autres, ainsi que ses frères et sœur, également musiciens.

En 2014, Edgar sort son premier album chez Erato, « Play », avec le pianiste Pierre-Yves Hodique, puis « Giovincello », concerti baroques avec l’ensemble Il Pomo d’Oro et Riccardo Minasi, récompensé du prix ECHO Classik 2016, un disque dévolu aux sonates et trios de Debussy en 2017 (Erato, Warner). Plus récemment, un récital en duo avec David Kadouch consacré à Franck, Poulenc, Strohl et De la Tombelle, ainsi que les concertos d’Offenbach et de Gulda avec Les Forces Majeures et Raphaël Merlin.

Il a obtenu 2 Victoires de la Musique Classique en 2013 et 2015 et a remporté un ECHO Classik en 2016. Il est également lauréat des ECHO Rising Stars en 2017. Il a bénéficié du soutien de la Fondation Banque Populaire, de la Fondation d’entreprise Safran, il est Révélation instrumentale classique Adami 2012, ainsi que Prix Jeune Soliste des Radios Francophones Publique 2013.

Edgar Moreau joue un violoncelle de David Tecchler de 1711 et un archet de Dominique Peccatte.

La Grande Sérénade est un trio constitué de Carole Dauphin (alto), Gionata Sgambaro (flûte) et Caroline Delume (guitare), trois musiciens qui se sont rencontrés au sein de l’orchestre des Siècles. Ensemble, ils remettent en lumière tout un répertoire de la première moitié du XIXe siècle, une période où leurs instruments respectifs connaissent d’intéressantes évolutions. Le trio alto, flûte, guitare naît durant ces années.

Carole Dauphin est admise en 1990 au CNSM de Lyon  dans la classe de Tasso Adamopoulos. Diplômée en 1996, lauréate du Concours de Genève en 1997, elle est membre du Banquet de 1996 à 2001, formation de solistes pour l’interprétation d’œuvres du 20e siècle. Nommée professeur au CNR de Paris en 1996, elle participe également aux saisons musicales des grandes formations parisiennes (Ensemble Intercontemporain, Opéra National de Paris, Orchestre de Paris) et est invitée dans de nombreux festivals où elle se produit en soliste et en musique de chambre entre autres aux côtés de Roland Pidoux, Annick Roussin, Jean-Pierre Sabouret, Laurent Cabasso, Marianne Picketti et Patrice Fontanarosa.

Gionata Sgambaro, né en Italie, étudie au Conservatoire de Vicence avant d’être admis au CNSM de Lyon dans la classe de Philippe Bernold et de Robert Thuillier où il obtient son diplôme. Puis il accomplit un cycle de perfectionnement de flûte traversière baroque au Conservatoire de Musique de Genève et suit en parallèle des Master Classes avec Barthold Kuijken. Gionata Sgambaro joue au sein d’ensembles comme l’Orchestre National de France, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, l’Ensemble Vocal et Instrumental de Lausanne. Depuis 2003, Gionata Sgambaro est flûte solo de l’ensemble Les Siècles, orchestre de chambre créé et dirigé par François-Xavier Roth. Il est actuellement professeur au CRR de Rennes.

Caroline Delume, guitariste et théorbiste, joue un vaste répertoire s’étendant du XVIIe au XXIe siècle. Elle est dédicataire d’œuvres de Pascale Criton, Clara Maïda, Il-Ryun Chung, Félix Ibarrondo, José Manuel López López, Philippe Fénelon, Francisco Luque, Florentine Mulsant, Diógenes Rivas, J.M. Sanchez Verdú. Elle donne des récitals en Europe, en Amérique latine et au Japon,  et joue avec Le Concert Spirituel, les Solistes XXI, l’Ensemble Intercontemporain. Diplômée en guitare et en analyse du CNSMD de Paris dans les classes de Alexandre Lagoya, Claude Ballif et Michaël Levinas, elle y est professeur de lecture à vue-guitare depuis 2005.