Biographies

Thomas Enhco

Né à Paris en septembre 1988, Thomas Enhco est un pianiste et compositeur de jazz et de musique classique. À l’âge de 3 ans, il apprend le violon et le piano, donne ses premiers concerts à 6 ans et écrit ses premières compositions. À l’âge de 9 ans, Didier Lockwood l’invite à jouer dans ses concerts aux festivals de jazz d’Antibes Juan-les-Pins, Vienne et Marciac. Il étudie ensuite le jazz au CMDL et le piano classique avec Gisèle Magnan. À 16 ans, il entre au CNSM de Paris et en est renvoyé deux ans plus tard.

Son premier album, Esquisse, composé et enregistré à l’âge de 15 ans avec son trio et parrainé par le légendaire batteur Peter Erskine, sort en 2006. Thomas est alors lauréat du Fonds d’Action Sacem.

En 2008, il est repéré par le producteur japonais historique Itoh « 88 » Yasohachi, qui lui fait enregistrer trois albums, (Someday My Prince Will Come, The Windowand the Rain au Japon et Jack and John avec Jack Dejohnette et John Patitucci aux studios Avatar à New York) et l’invite pour une dizaine de tournées au Japon en solo, duo et trio.

En 2012, il s’installe à New York où il écume les clubs de jazz et multiplie les collaborations, et il sort cette année-là chez Label Bleu son album auto-produit Fireflies (Victoire du Jazz 2013).

En 2014, il signe chez Universal Music et enregistre pour le label Verve son album piano solo Feathers

(nommé aux Victoires du Jazz 2015 dans la catégorie « Album de l’année »).

En parallèle de sa carrière de jazzman, Thomas Enhco évolue dans le monde de la musique classique depuis ses débuts. En 2016, il publie chez le mythique label Deutsche Grammophon l’album Funambules en duo avec la percussionniste Vassilena Serafimova. Leur duo explosif et sans frontière fait le tour du monde et remporte en 2017 le Deuxième Grand Prix au Osaka International Chamber Music Competition (Japon).

En 2017, il fait ses débuts comme soliste avec orchestre symphonique dans le Concerto en Fa et la Rhapsody in Blue de Gershwin, le Concerto n°24de Mozart (K.491), le Concerto en Solde Ravel, Eros Piano de John Adams, le Concerto pour Quatre Claviers de Bach (BWV 1065), le Triple Concertode Beethoven et dans son propre Concerto pour Piano et Orchestre, avec l’Orchestre de l’Opéra National de Lorraine, l’Orchestre de Pau Pays de Béarn, l’Orchestre Régional Avignon Provence, l’Ensemble Appassionato, le Geneva Camerata, l’Orchestre de Cannes, le Kyoto Symphony Orchestra, l’Orchestre National de France et l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, sous la direction des chefs Julien Masmondet, Pierre Dumoussaud, Samuel Jean, Mathieu Herzog, Jean-Claude Casadesus, David Greilsammer, Junichi Hirokami, Benjamin Lévy, James Gaffigan et Fayçal Karoui. Il est également invité comme soliste par le Chœur de Radio France (dir. Sofi Jeannin) et le Chœur Spirito (dir. Nicole Corti) dans des programmes autour de Brahms et de ses proprescompositions.

Compositeur, Thomas Enhco a écrit plus de 100 œuvres et reçoit régulièrement des commandes d’orchestres, d’ensembles de musique de chambre, de solistes, de chœurs et defestivals.

Il a notamment composé un Concerto pour Piano et Orchestre et un Double Concerto pour Piano, Marimba etOrchestre (création février 2019) pour l’OPPB, quatre pièces pour la pianiste Lise de la Salle (album Bach Unlimited, Naïve 2017), une suite pour Quintette de Cuivres et Piano pour le Local Brass Quintet (album Stay Tuned, Klarthe 2019), une pièce pour Chœur et Piano pour le chœur Spirito… Il a également composé les génériques des émissions « La Récréation » et « Le Grand Atelier » sur France Inter, et deux bandes originales de film : Aux Arts Citoyens de Daniel Schick (2010) et Les Cinq Parties du Monde de Gérard Mordillat (pour lequel il remporte le FIPA d’Or 2012 de la Meilleure MusiqueOriginale).

Juste avant ses 30 ans, Thomas Enhco enregistre pour Sony Music l’album Thirty, qui comprend sept nouvelles pièces en solo et son Concerto pour Piano et Orchestre. (Sortie février 2019 chez Sony Classical, concert parisien le 17 avril 2019 à La Cigale)

Depuis dix ans, il donne en moyenne 100 concerts par an sur tous les continents. Parmi les scènes jazz qui l’invitent figurent les festivals de jazz de Tokyo, Montréal, Vienne, Montreux, Istanbul, Gent, Middelheim, North Sea, La Villette, l’Olympia… Et parmi les scènes classiques, les festivals de La Roque d’Anthéron, Piano aux Jacobins, la Philharmonie de Paris, l’Opéra de Bordeaux, Flagey à Bruxelles, French May à Hong Kong, Shanghai Grand Theater, Folle Journée de Nantes, Tokyo, Varsovie, New York, Mozarteum de Salzburg, Théâtre du Châtelet, Théâtre des Bouffes du Nord, Beijing Concert Hall…

LaPhilharmonie de Paris l’accueille régulièrement, autant comme jazzman que soliste classique, et lui offre une carte blanche au festival Jazz à la Villette 2017, le programme dans son week-end autour de Bach et

 

comme soliste dans son propre Concertoainsi que dans le Concerto en Sol de Ravel en 2018. En 2019, il participera à l’intégrale des Études pour piano de Philip Glass aux côtés du compositeur.

Il est l’invité des principales émissions de télévision et de radio françaises (C à Vous sur France 5, Quotidien sur TMC, Le Grand Échiquier, Fauteuils d’Orchestre sur France 2…) et ses enregistrements et concerts sont plébiscités par la presse nationale et étrangère.

Passionné par la transmission, il donne des masterclasses sur l’improvisation, enseigne le jazz (piano et violon) au CMDL et rédige depuis 2018 la rubrique jazz du magazine bimensuel Pianiste.

Thomas Enhco a remporté de nombreux prix et récompenses, parmi lesquels le 3ème prix du Concours International de Piano Jazz Martial Solal 2010, le Django d’Or 2010 « Nouveau Talent », le FIPA d’Or 2012 de la Meilleure Musique Originale, la Victoire du Jazz 2013 « Révélation » (aussi une nomination aux Victoires du Jazz 2015), le Deuxième Grand Prix au Osaka International Chamber Music Competition 2017, le Prix ACEG de la Sacem 2017.

Parmi les artistes avec lesquels il a travaillé, on peut citer (Jazz) : Didier Lockwood, Mike Stern, Kurt Rosenwinkel, Jack DeJohnette, Gilad Hekselman, José James, Baptiste Trotignon, Ari Hoenig, Patrick Zimmerli, Dan Tepfer, Ibrahim Maalouf, Emile Parisien, Vincent Peirani, David Enhco, Biréli Lagrène, Anne Paceo, Hugh Coltman, Peter Erskine, Daniel Humair, André Ceccarelli, Victor Lewis, John Patitucci, Hein Van de Geyn, Lew Soloff, Sylvain Luc, François & Louis Moutin, Joel Frahm, Cyrille Aimée…

(Classique) : Vassilena Serafimova, Henri Demarquette, Renaud Capuçon, Natalie Dessay, Laurent Naouri,

Jean-François Zygel, Michel Dalberto, Anne-Sofie Von Oter, les quatuors Arod, Hanson, Modigliani, Voce, Beatrice Rana, Jérôme Pernoo, Caroline Casadesus, Lise de la Salle, Déborah Nemtanu, Xavier Philips… Ainsi que les chanteurs Jane Birkin, Christophe, Oxmo Puccino, la danseuse et chorégraphe Marie-Claude Pietragalla, le metteur en scène Alain Sachs, la dessinatrice Aurélia Aurita…

Depuis 2013, Thomas Enhco est accompagné dans ses projets par la Fondation BNP Paribas.

Emmanuel Pahud

Le flûtiste franco-suisse Emmanuel Pahud est l’un des musiciens de sa génération les plus convaincants et les plus actifs. Né à Genève où il commence ses études musicales à l’âge de 6 ans, il suit l’enseignement d’Aurèle Nicolet après avoir obtenu en 1990 son prix au Conservatoire de Paris. Il remporte plusieurs premiers prix internationaux, il est également lauréat de la Fondation Yehudi Menuhin. A 22 ans, il est nommé au poste de flûte solo de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, dirigé alors par Claudio Abbado, position qu’il occupe toujours. Depuis lors, il donne des récitals et concerts dans le monde entier, est l’invité régulier de festivals importants tant en Europe, aux Etats-Unis qu’en Asie.

Au cours de ces dernières saisons, la liste des orchestres et des chefs avec lesquels il a joué est impressionnante (London Philharmonic, Tonhalle de Zurich, Orchestre de la Suisse Romande, Bayerischer Rundfunk, Orchestre du Théâtre Mariinski, Camerata Salzburg mais aussi le Mozarteum de Salzbourg, Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, Cincinnati Symphony, National Symphony, NHK Symphony ou le Scottish Chamber Orchestra). Il a joué sous la direction de Claudio Abbado, Sir Simon Rattle, David Zinman, Lorin Maazel, Pierre Boulez, Valery Gergiev, Sir John Eliot Gardiner, Daniel Harding, Paavo Järvi, Yannick Nezet-Séguin, Mstislav Rostropovich ou encore Itzhak Perlman.

Emmanuel Pahud est également un chambriste accompli et donne régulièrement des concerts avec Eric Le Sage, Alessio Bax, Khatia Buniatishvili, Yefim Bronfman ou Hélène Grimaud ainsi qu’avec le pianiste de jazz Jacky Terrasson. Il y a plus de 20 ans, en 1993, aux côtés d’Eric Le Sage et de Paul Meyer, il fonde le festival de musique de chambre de Salon de Provence.Par ailleurs, il continue à collaborer avec Les Vents français (François Leleux, Paul Meyer, Gilbert Audin et Radovan Vlatkovic) mais aussi avec ses collègues de l’Orchestre Philharmonique de Berlin.

Il est à l’origine de nombreuses commandes et il a créé, entre autres, des concertos d’Elliott Carter, Marc-André Dalbavie, Thierry Escaich, Simon Holt, Toshio Hosokawa, Michaël Jarrell, Luca Lombardi, Philippe Manoury, Matthias Pintscher ou Christian Rivet.

En 1996, Emmanuel Pahud signe avec EMI / Warner Classics un contrat d’exclusivité qui, au fil du temps, est devenu une extraordinaire collaboration qui a enrichi de façon considérable le répertoire enregistré pour flûte. Plus de 25 enregistrements sont disponibles, récompensés par de nombreuses distinctions décernées dans le monde entier.

Parmi ses plus récents enregistrements, citons l’intégrale de l’œuvre pour flûte de Frank Martin (Musiques Suisses/Migros) qui a reçu un « Diapason d’Or », un récital « Around the world » avec le guitariste Christian Rivet (Warner Classics-Erato), un disque consacré à la musique pour flûte à la cour de Frédéric le Grand dirigé par Trevor Pinnock (EMI Classics, Nomination aux Victoires de la Musique 2013). A l’automne 2014 est publié un coffret de 3 CDs consacré à la musique pour vent et piano avec Les Vents français (Warner Classics-Erato, Japan Record Academy) puis au mois de mars 2015, un enregistrement de concertos du répertoire français de la fin du XVIIIesiècle et du début du XIXesiècle intitulé «  Révolution ». C’est Giovanni Antoniniqui l’accompagne à la tête du kammerorchester basel. Les publications les plus récentes sont consacrées aux concertos de Carl Philipp Emanuel Bach dirigés par Trevor Pinnock à la tête de la Kammerakademie Potsdam, à un enregistrement avec Les vents français (« Concertante ! ») ou encore un album de pièces pour flûte solo.

En 2009, Emmanuel Pahud  est élevé au grade de Chevalier dans l’Ordre des Arts et Lettres pour sa contribution à la musique par le gouvernement français et en avril 2011, il est récompensé par le titre de Honorary Member of the Royal Academy of Music (Hon RAM) de Londres. Il est ambassadeur pour l’UNICEF.

Khatia Buniatishvili

Lorsque Stephen Kovacevich entend jouer Khatia Buniatishvilipour la première fois, il ressent une émotion qu’il n’avait pas éprouvée depuis ses plus lointains souvenirs avec Martha Argerich et Jacqueline du Pré. La pianiste géorgienne possède un immense répertoire. Diplômée du Conservatoire de sa ville natale, elle entreprend quelques années d’études à Vienne avec Oleg Maisenberg et participe à des concours internationaux dont le Concours Arthur Rubinstein de Tel Aviv où son talent hors du commun ne passe pas inaperçu ! Sa virtuosité à couper le souffle, témoignant d’un élan vital irrépressible et d’un rapport totalement naturel avec l’instrument, lui vaut des débuts fulgurants avec l’Orchestre de Philadelphie. Elle se produit régulièrement avec le violoniste Gidon Kremer, un de ses partenaires privilégiés au concert, Renaud Capuçon et avec sa sœur Gvantsa à deux pianos. Son jeu chaleureux, parfois plaintif, rappelle sous certains aspects la musique traditionnelle géorgienne qui a influencé sa musicalité. Les critiques évoquent une aura d’élégante solitude, de mélancolie … Ses deux premiers CDs sont consacrés à Liszt et à Chopin. Après Motherland, un bouquet de pièces pour piano allant de Bach à Debussy, en passant par Dvorak et Pärt, elle enregistre l’album Kaléidoscope, incluant les Tableaux de Moussorgski, la Valsede Ravel et Petrouchkade Stravinski.

Viennent de paraître les Concertos 2 et 3de Rachmaninov sous la direction de Paavo Järvi et un album Schubert incluant la dernière Sonate pour piano D 960et des Impromptus.

HELENE MERCIER, PIANISTE

Née à Montréal, Hélène Mercier commence ses études de piano dès l’âge de six ans et très tôt remporte les premiers prix de plusieurs concours nationaux. Elle est également lauréate du Concours International de Musique de Chambre de Prague.

Dès l’âge de quinze ans, elle entre à lUniversité de Musique et des Arts de Vienne, dans la classe de Dieter Weber. Elle fait ensuite des études à l’Ecole Juilliard de New York avec Sasha Gorodnitski, après avoir mérité une bourse suite au concours d’admission. De là elle se rend en France pour étudier auprès de Pierre Sancan du Conservatoire National Supérieur de Paris et avec Germaine Mounier à l’Ecole Normale de Musique. Elle travaille aussi avec Maria Curcio, Stanislav Neuhaus, et en musique de chambre, avec Gidon Kremer et Henryk Szeryng en sessions d’été.

Hélène Mercier vit maintenant à Paris et participe en France à de nombreux festivals tdont ceux d’Aix-en-Provence, Menton, Colmar, Nohant, Evian, Reims, La Chaise-Dieu, Lille, Piano aux Jacobins à Toulouse et Radio-France à Montpellier. Elle se fait entendre à France-Musique, Radio Classique, France-Culture, à la Radio Suisse-Romande, ainsi qu’à Radio-Canada et CBS aux U.S.A. En Europe et en Amérique du Nord, elle se produit régulièrement comme soliste et chambriste : à Paris au Théâtre des Champs-Elysées, au Théâtre du Châtelet, à la Salle Pleyel et à la Salle Gaveau, à Londres au South Bank Centre,à Berlin au Konzerthaus,au Gewandhausà Leipzig,à Prague au Rudolfinum,à Bruxelles au Conservatoire et à la salle Flagey, en Italie à la Villa Medicis, à Milan au Teatro Dal Verme, au Piccolo Teatro et au Conservatoire,à Florence au Teatro alla Pergola,à Sienne à lAcadémie de Musique,à Ferrare au Teatro Comunale,à Piseau Teatro Verdi, à Turin au Teatro Regio et à lAuditorium Lingotto,au Luxembourg au Festival International de Musique d’Echternach,àla Salle Megaronà Athèneset Tessalonique… et ailleurs, à Genève, Monte-Carlo, Madrid, Moscou, St Pétersbourg,Varsovie, Sofia,Bergen,ainsi qu’en Finlande,àMontréal, Québec, Ottawa, Toronto, Vancouver,Washington et New York. Enfin, elle est invitée à jouer avec plusieurs différents orchestres  entre autres,avec le Prague Philharmonia,avec l’Orchestre Symphonique National de la RAI,avec l’Orchestre du Festival de Brescia et Bergamo,avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, avec le Minnesota Orchestra,avec le Forth Worth Symphony. A Paris, elle joue sous la direction de Zubin Mehta avec l’Orchestre Philharmonique d’Israël et sous la direction de Kurt Masur au Théâtre des Champs-Elysées. Elle se produit également avec l’Orchestre National de Russie ainsi que l’Orchestre National Philharmonique de Russie sous la direction de Vladimir Spivakov et au Canada avec les orchestres de Vancouver, Toronto, Ottawa et Montréal sous la direction de Charles Dutoit, Trevor Pinnock et de Long Yu.En Chine,elle se produit à Shanghai avec l’Orchestre Symphonique de Shanghai sous la direction de Long Yu.Avec l’Orchestre de Paris, sous la direction de Semyon Bychkov, elle interprète le Triple Concerto de Beethoven avec Natalia Gutman et Salvatore Accardo.Elle enregistre avec l’Orchestre Philharmonique de la BBC sous la direction d’Edward Gardner et avec l’Orchestre Philharmonique de Bergen dirigés par Neeme Jarvi ainsi que Sir Andrew Davis.

Elle joue avec le violoniste Vladimir Spivakov à Paris, Saint Petersbourg, Montréal, au Festival de Colmar et aux Rencontres Musicales d’Evian.

Elle se produit en récital avec le violoncelliste Mstislav Rostropovitch à Copenhague et Paris.

Au Japon, elle joue avec le New Japan Philharmonic sous la direction de Seiji Ozawa.

A la demande du chef d’orchestre Kurt Masur, elle se joint au Quatuor du Gewandhaus de Leipzig pour une série de concerts. Elle se produit également avec le Quatuor de Leipzig, les  solistes des Virtuoses de Moscou, ainsi qu’avec les violonistes Renaud Capuçon,Olivier Charlier,Ivry Gitlis,Laurent Korcia, et les violoncellistes Gautier Capuçon,Henri Demarquette et Truls Mork.Ses activités de chambriste s’épanouissent aussi dans la formation à deux pianos, et elle s’associe avec différents pianistes : Boris Berezovky,Frank Braley, Brigitte Engerer, Cyprien Katsaris,Louis Lortie, Bruno Rigutto.

Elle a fait également de nombreux enregistrements avec Louis Lortie, pourChandos avec des œuvres de Ravel, Mozart,Schubert,Poulenc, Rachmaninov et Saint-Saëns qui ont déjà recueilli de très élogieuses critiques à travers le monde. La prestigieuse revue Gramophone de Londres les classa parmi les « TOP SIX » dans leur Quarterly Retrospect ainsi que Editor’s choice et le Penguin Guide leur attribua la plus haute distinction : « La Rosette ».Leur dernier enregistrement avec le Concerto pour 2 pianos de Vaughan Williams  a reçu le Diapason d’Or.

Avec le violoniste Vladimir Spivakov, elle enregistre un disque consacré à Ernest Chausson, sous la marque Capriccio. Cet enregistrement a recueilli un succès considérable tant par la critique que le public et a reçu le disque « Choc » du Monde de la Musique.

Avec Cyprien Katsaris, elle réalise un enregistrement comportant des œuvres de Schumann et Brahms ainsi qu’un disque sous la marque Warner Classics avec l’intégrale des Valses et Danses Hongroises de Brahms.

Hélène Mercier est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Gvantsa Buniatishvili

Gvantsa Buniatishvili est née et a grandi en Géorgie.Après avoir obtenu son diplôme de l’École centrale de musique de Tbilissi, elle est entrée au Conservatoire d’Etat de Tbilissi en 2004 (sous la direction du professeur Tengiz Amiredjibi).

Depuis son plus jeune âge, elle joue des récitals (solo et 4 mains avec sa sœur Khatia) ainsi que des concerts avec des orchestres.Depuis 1999, elle se produit à l’étranger.Gvantsa a donné des concerts en République tchèque (Rudolfinum Concert Hall, Prague), Autriche (Vienne Musikverein, Innsbruck), Suisse (Genève, Zurich, Montreux), Allemagne (Berlin Philharmonie, Dortmund Konzerthaus, Stuttgart Liederhalle), France (Philharmonie, Théâtre des Champs-Elysées et Salle Pleyel à Paris, Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence), Italie (Conservatoire de Turin G. Verdi), etc.Elle est invitée par le festival de la Ruhr, le festival de Luzern, le festival Gstaad Menuhin, Festival de piano Antalya, festival Al Bustan à Beyrouth, festivals Saint-Denis, Auvers-sur-Oise, La Roque d’Anthéron, Eygalières, Progetto Martha Argerich à Lugano.

Gvantsa Buniatishvili parle couramment le géorgien, le français, l’anglais et le russe.

Ana Bakradze

Ana Bakradze est née en 2000 à Tbilissi, en Géorgie.Son éducation musicale a commencé à l’école d’art de Tbilissi à l’âge de 6 ans pour continur à l’école centrale de musique de Tbilissi Zakaria Paliashvili sous la direction du professeur Vera Svanidze.En mai 2018, elle a obtenu les médailles d’or et son diplôme de l’École de musique et du Gymnase, en tant que meilleure élève de sa classe.
Depuis octobre 2018, elle étudie à l’Université des arts de Berlin sous la direction du professeur Gottlieb Wallisch.
Elle est la seule musicienne de sa famille.Son amour pour la musique a commencé dès son plus jeune âge. Quand elle avait 3 ans, elle a commencé à chanter. Ces premières années ont été très importantes pour le développement futur de sa carrière.
Ana Bakradze a participé à de nombreux concours, festivals de musique classique et cours de maître.En 2019, elle a reçu la bourse DAAD à Berlin.En 2018, elle a reçu le premier prix du concours de piano de Nodar Gabunia.En 2015, elle a reçu le premier prix et le « Grand Prix » du concours international de piano Tengiz Amirejibi qui lui a permis de se produire avec l’Orchestre de Tbilissi.En 2014, Ana a reçu le premier prix du 4ème Concours National de Piano de Tbilissi. En 2014, elle a reçu le « Grand Prix » au Seventh Republic Festival-Competition of classic music « Find your star ». En 2013, premier prix de la meilleure interprétation de Bach dans le festival musical allemand à Tbilissi.
Elle a joué avec de grands orchestres, dont les orchestres nationaux de Tbilissi.

Elle se produira en France pour la première fois au festival Pianoscope 2019, dans le cadre de la carte blanche à Khatia Buniatishvili.

WordPress Image Lightbox